Accueil NEWS Afrique Gabon : la France à l’épreuve d’un nouveau coup d’Etat dans son...

Gabon : la France à l’épreuve d’un nouveau coup d’Etat dans son ancien pré carré africain

12
2

Pour Paris, le putsch de mercredi se distingue de celui survenu le 26 juillet au Niger, notamment par son absence d’hostilité contre l’ancienne puissance coloniale. Ni la coopération militaire ni l’aide au développement n’ont été coupées.

Un peu plus d’un mois après le Niger, la France est confrontée à un nouveau coup d’Etat militaire chez l’un de ses plus anciens et fidèles alliés africains : le Gabon. Passé la stupéfaction perceptible dans les premières heures, les autorités françaises ont, comme au Niger, condamné le putsch mené par les militaires. Elles dénoncent un coup de force survenu en plein processus électoral, quelques heures après la proclamation contestée de la réélection d’Ali Bongo. Mais le « retour à l’ordre constitutionnel » exigé par Paris ne doit pas nécessairement, cette fois, passer par le rétablissement au pouvoir du président sortant. Tandis que les officiers putschistes gabonais ont annulé les résultats des élections, le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, a rappelé « notre attachement à des processus électoraux libres et transparents ».

Pour les responsables français, le putsch gabonais se distingue en plusieurs points de celui survenu le 26 juillet au Niger. A Niamey, les militaires félons ont très vite lancé une violente campagne antifrançaise pour réclamer le départ de l’ambassadeur et des forces françaises, redéployées sur place afin de lutter contre les djihadistes à la suite de leur retrait contraint du Mali et du Burkina Faso, deux Etats du Sahel passés eux aussi sous la férule d’officiers putschistes. La France a jusqu’ici rejeté les demandes nigériennes, refusant notamment de rappeler son ambassadeur. Elle exige des militaires qu’ils rendent le pouvoir au président déchu Mohamed Bazoum, séquestré depuis avec sa famille.

Lundi 28 août, devant les ambassadeurs français, Emmanuel Macron a rappelé qu’il soutiendrait, sans y participer directement, une éventuelle intervention militaire de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Catherine Colonna, la ministre des affaires étrangères, devait en outre demander de sanctionner les personnalités nigériennes impliquées dans le coup d’Etat, lors d’une réunion avec ses homologues européens jeudi à Tolède (Espagne). Une fermeté censée, dans l’esprit du locataire de l’Elysée, clore l’« épidémie » de coups d’Etat en cours dans la région.

Pas d’évacuation de ressortissants prévue

Peine perdue : le putsch survenu au Gabon vient fragiliser encore un peu plus les positions françaises dans son ancien pré carré africain, même si les choses se présentent différemment dans ce pays d’Afrique centrale dirigé depuis plus de cinq décennies par la famille Bongo. On veut croire à Paris que les militaires à l’origine du coup d’Etat ne partagent pas les discours antifrançais de leurs homologues nigériens. Tandis que la France a évacué certains de ses ressortissants de Niamey début août, elle ne prévoit pas d’opération du même type à Libreville, la situation sécuritaire étant pour l’instant jugée sous contrôle.

Pas d’évacuation de ressortissants prévue

Advertisement

2 Commentaires

  1. I think everything said was very reasonable. However, think on this, suppose you were to create a awesome headline?
    I mean, I don’t wish to tell you how to run your website, but suppose you added a title to possibly grab a person’s
    attention? I mean Gabon : la France à l’épreuve d’un nouveau coup d’Etat dans son ancien pré carré africain – iciabidjan is
    a little boring. You could glance at Yahoo’s front page and watch how they write post headlines to grab viewers to open the links.

    You might add a related video or a related pic or two to grab readers excited about what you’ve got to say.
    Just my opinion, it would make your posts a little bit more interesting.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici