Argent public (3)
Lorsque l'Etat s'endette sur le marché intérieur il supporte des charges financières qui s'ajoutent aux intérêts payés et qui représentent des frais et des commissions sur titres
publics.
●Ainsi, le gouvernement ivoirien qui prévoyait en 2022 payer, en frais et commissions sur ses emprunts intérieur, 40 milliards Fcfa a dépensé en définitive plus de 82 milliards pour cette ligne.
●Pourquoi ce doublement des commissions, lui demande la Cour des Comptes.
●Réponse du Gouvernement: Nous ne savions pas que nous aurions utilisé une technique d'emprunt qui allait nous coûter plus chère que prévue.
●Mais qu'est ce qui a motivé le choix de cette technique coûteuse?
Silence!
La question demeure.

Lire aussi: Mais où passe donc l’argent que nous payons pour les CNI et les Passeports en RCI ? Pas de traces de ces paiements dans les recettes de l’Etat

« Le plus curieux dans cette affaire de gestion a l’ivoirienne des finances publiques, c’est l’indifférence de longue date de @Gouvci
concernant les interpellations et recommandations de la #CourDesComptes_CI.
Depuis près d’une décennie, le refrain est le même, concernant le non-respect de l’article 25 de la LOLF num 2014-336 du 05 juin 2014. Les dépassements budgétaires anarchiques tendent à être institutionnalisés. Pire, ceux qui signent les petites lois votées par @assnatci
sont le plus souvent les bénéficiaires de certains dépassements illégaux, dans une autre vie.
Les recommandations num 3 et 5 citent nommément #SNEDAI et semblent interpeller vainement @civtransparence
en #RCI (pages 10, 26 et 37 du rapport)…
https://courdescomptes.ci/fichiers/17038 »

Jean-Baptiste PANY
Cpte officiel_homme politique _RCI & écrivain « La vérité n’est pas dans le nombre » _ dixit Aristote, Boris Vian également.Cpte officiel_homme politique _RCI & écrivain « La vérité n’est pas dans le nombre » _ dixit Aristote, Boris Vian également.

 

Advertisement

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici