Le Secrétaire général du Front Populaire Ivoirien (FPI), Assoa Adou
  1. Depuis la mort du président FÉLIX HOUPHOUËT BOIGNY, la Côte d’Ivoire est rentrée dans une spirale de crises auxquelles toutes les actions entreprises n’ont pu apporter de solutions durables.

  2. Préoccupés par la dégradation continuelle du climat
    sociopolitique et sécuritaire du pays, les présidents HENRI KONAN BÉDIÉ et Laurent GBAGBO, à l’occasion de leur rencontre de Bruxelles, le 29 juillet 2019, ont décidé d’œuvrer à la promotion de la réconciliation des ivoiriens en vue d’une paix durable en Côte d’Ivoire, en engageant leurs partis politiques respectifs.

  3. Le PDCI-RDA et le FPI, avec une volonté commune clairement exprimée, se sont engagés, le 30 avril 2020, dans le cadre d’un accord de collaboration, à rechercher avec le peuple de Côte d’Ivoire, les solutions idoines d’une vraie réconciliation et d’une paix durable en terre ivoirienne.

  4. Le PDCI-RDA et le FPI, après avoir fait le constat de l’échec de la politique de réconciliation conduite par le régime de M. Alassane Ouattara, se sont convaincus, avant l’échéance présidentielle du 31 octobre 2020, qu’aucun processus électoral ne pouvait être porteur de paix dans un climat sociopolitique non apaisé, du fait d’un manque de consensus national autour des questions essentielles qui touchent à la vie de la Nation.

  5. Pour ce faire, le PDCI-RDA et le FPI n’ont eu de cesse d’appeler, sans être malheureusement entendus, le régime RHDP à la discussion et à un dialogue constructif entre tous les acteurs majeurs de la vie politique nationale. Les deux partis, fidèles aux valeurs de paix et avec la fois aux vertus du dialogue de leurs leaders, les président HENRI KONAN BÉDIÉ et Laurent GBAGBO, n’ont pas hésité à saisir la CEDEAO et l’ONU aux fins d’infléchir la position de M. ALASSANE OUATTARA, quant à son refus de discuter avec l’opposition.

  6. Le PDCI- RDA et le FPI, conformément aux engagements conjoints pris dans le cadre de leur accord de collaboration, continuent de privilégier la négociation comme l’unique voie pour sortir la Côte d’Ivoire de la crise actuelle qui endeuille de NOMBREUSES FAMILLES, depuis l’annonce de la CANDIDATURE ANTICONSTITUTIONNELLE de M. ALASSANE OUATTARA pour un TROISIÈME MANDAT à la présidence de la République.

  7. Le PDCI-RDA et le FPI estiment qu’avant l’entame des discussions qui doivent se faire avec toutes les parties prenantes, il est indispensable de ramener la sérénité et la confiance entre tous les acteurs, en apaisant le climat sociopolitique qui s’est considérablement dégradé ces derniers mois.

Ces actes d’apaisement passent par :

  • La levée du blocus autour des résidences de tous les leaders des partis politiques de l’opposition, notamment celles du Pr MAURICE KAKOU GUIKAHUÉ , de messieurs AFFI N’GUESSAN , ALBERT MABRI TOIKEUSSE et du Pr HUBERT OULAYE ;

  • Le retour des exilés avec à leur tête le président LAURENT GBAGBO, le premier ministre GUILLAUME SORO, le ministre CHARLES BLÉ GOUDÉ et le maire AKOSSI BENJO ;

  • La libération de tous les prisonniers POLITIQUES, CIVILS et MILITAIRES, injustement et illégalement incarcérés ;

  • La fin de toutes les poursuites judiciaires contre les responsables et militants de l’opposition et de la société civile ;

  1. Le PDCI-RDA et le FPI demandent que ces discussions inclusives soient menées sous l’égide d’un facilitateur, après adoption par toutes les parties prenantes, d’un chronogramme précis et des sujets à débattre.

Fait à Abidjan, le 13 novembre 2020

Pour le PDCI-RDA
M. ÉMILE Constant BOMBET
Vice-président

Pour le FPI
Dr ASSOA Adou
Secrétaire Général