Ô Chagrin ! Ô Malheur! Ô Douleur! Ô la mort traîtresse ! Comment aurions-nous pu imaginer que ce serait la dernière fois que nous nous voyions, ces jours là, à Daoukro?

Que ces instants passés ensemble seraient nos derniers moments de félicité, de béatitude communs ? Ainsi, il part rejoindre le Père céleste, seul, et moi si loin en exil, n’ayant pour seul réconfort dans mon triste deuil que le doux souvenir de nos échanges à huis clos et des conseils de vie qu’il me donnait. Ces huis clos si chéris me manqueront à jamais. Ces éclats de rire, ce visage paternel et ces paroles si rares et si profondes ! À jamais.

Ô maman Henriette Bédié quelle peine immense est la nôtre ! Quelle douleur terrible est la tienne ! Mais quelle épouse remarquable tu fus pour lui depuis tes 19 ans !

Au moment où il effectue son dernier voyage, je me console à l’idée que ton amour a caressé son dernier souffle sur cette terre des hommes.

ADIEU Papa BEDIÉ!

Non tout n’est pas fini… c’est le X…Image

Guillaume Kigbafori SORO.

Advertisement

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici