(Agence Ecofin) – Paris, juin 2023, lors du Sommet pour un nouveau pacte financier mondial, Cyril Ramaphosa est revenu sur la période la plus critique de la pandémie de Covid 19, alors que les pays développés s’étaient accaparés toute la production de vaccins : « C’était comme s’il n’y avait pour nous que des miettes jetées de la table », a-t-il déploré. 

« Il y a eu des moments où nous avons eu l’impression d’être des mendiants.

J’ai joué un rôle clé en tant que président de l’Union africaine pendant la période COVID. Nous avions l’impression d’être des mendiants en ce qui concerne la disponibilité des vaccins, au moment où nous pensions être dans le besoin et que les pays de l’hémisphère nord avaient acheté tous les vaccins du monde, et ils les monopolisaient, ils ne voulaient pas les libérer au moment où nous en avions le plus besoin.

Et nous avions l’impression de mendier, parfois c’était comme s’il n’y avait pour nous que des miettes jetées de la table, du genre « Ok, nous vous donnerons cela et cela« . Et laissez-moi vous dire une chose, cela a généré beaucoup de ressentiment.

Cela nous a déplu et cela a empiré quand nous avons dit que nous voulions fabriquer nos propres vaccins. Et quand nous sommes allés à l’OMC, il y avait beaucoup de résistance, une énorme résistance, et nous n’arrêtions pas de dire « Qu’est-ce qui est le plus important ? La vie ou les profits de vos grandes sociétés pharmaceutiques ? »

Et cela aussi, je dois vous le dire maintenant, a généré et approfondi cette déception et ce ressentiment de notre part parce que nous avons eu l’impression que la vie dans l’hémisphère nord était beaucoup plus importante que la vie dans les pays du Sud.

Et ce sont des problèmes qui doivent être abordés.

Je suis heureux que nous soyons tous assis ici comme ça parce que nous devons aller au cœur de ces problèmes et y remédier. »

Advertisement

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici