Covid-19, la maladie déclenchée par le virus, a déjà modifié l'ordre mondial d'une manière qui dépasse l'imagination

Covid-19 : la crise sera-t-elle un facteur d’accélération de la transformation en Afrique ?

La crise liée au Covid-19 a mis une fois de plus en évidence le besoin urgent de modifier la façon dont l’Afrique investit, planifie, se prépare et réagit aux chocs, en mettant au centre de ses préoccupations des infrastructures résistantes, une planification intégrée et des plans d’urgence pour un développement durable.
Lire aussi: Covid-19 : Il n’y a pas de meilleur enseignant qu’une crise

Comme la plupart des pandémies, le SRAS-CoV-2 aura des conséquences dans le temps et surtout néfastes dans tous les pays avec des variations dans les mécanismes de transmission et son effet net. Covid-19, la maladie déclenchée par le virus, a déjà modifié l’ordre mondial d’une manière qui dépasse l’imagination : le fermeture d’écoles et d’entreprises, les restrictions de voyage dans et entre les pays, ou les interdictions de réunions et d’interactions sociales sont autant de contrats sociaux réécrits dans le but de stopper et de contenir la propagation du virus.

Avec les nombreuses entreprises, interactions sociales et services sociaux qui se adaptés en se déplaçant rapidement vers les plateformes en ligne et les services mobiles, je suis convaincue que le fait de disposer d’infrastructures matérielles et logicielles de soutien est une nécessité pour survivre et prospérer dans la nouvelle conjoncture, et mon espoir est de voir l’Afrique continuer à surfer sur la vague technologique pour son développement.

Les coûts de développement liés au Covid-19

En Amérique, le confinement a signifié le passage, presque du jour au lendemain, à des modèles commerciaux alternatifs par le biais de plateformes numériques, du téléphone et des services de livraison à domicile. Même l’offre de services sociaux a changé, comme l’attestent les stations d’essai Covid-19 dans de nombreux États et pays, ou l’enseignement en ligne et les services religieux.

Grâce aux infrastructures de soutien préexistantes, ces changements ont été un peu plus faciles – bien que pas parfaits – dans le monde développé, où plus de 80 % de la population totale a un accès stable à l’électricité, à l’Internet et à la technologie.

Mais l’Afrique peut-elle se permettre de s’enfermer sans connaître de revers en matière de développement humain ? Avec la pandémie qui fait rage et se propage rapidement sur le continent, les pays ont dû réagir avec des mesures similaires à celles appliquées en Occident et ailleurs. Des fermetures totales ou partielles ont été observées en Afrique du Sud, à Maurice, au Rwanda, au Kenya, en Éthiopie, au Nigeria et en Ouganda, par exemple, avec des variations d’un pays à l’autre. Bien que le coût total de ces fermetures n’ait pas encore été comptabilisé, il est évident que des industries et des économies entières vont être durement touchées, avec des effets durables sur la pauvreté et le développement humain en général.

L’Afrique est confrontée à un déficit d’infrastructures d’environ 108 milliards de dollars par an dans les secteurs de l’électricité, de l’eau, des transports et des télécommunications. L’accès à l’électricité reste faible, avec une moyenne de 43 % contre 87 % au niveau mondial, laissant plus de 640 millions de personnes et d’entreprises sans ligne de vie. Le taux de pénétration de l’internet est tout aussi faible (37,2 %), tout comme les réseaux de transport, ce qui limite fortement l’adoption de technologies qui changent la vie et répondent aux besoins les plus fondamentaux tout en permettant l’innovation et des projets plus ambitieux.

Hormis les grandes économies relativement bien développées comme l’Afrique du Sud, le Gabon, la Côte d’Ivoire et l’Afrique du Nord, le reste du continent est confronté à d’importantes contraintes pour s’adapter et assurer la continuité des entreprises et des services sociaux, ce qui met en relief la lutte contre la pauvreté et le développement durable. Ce n’est pas nouveau, mais la crise du Corvid-19 remet certainement en lumière le développement et la transformation des infrastructures comme l’un des principes clés du développement de l’Afrique.

Développer les infrastructures

Gyude Moore n’aurait pas pu mieux dire il y a quelques mois, lors d’une manifestation conjointe du PNUD et de la Brookings Institution sur la compréhension des moteurs des inégalités en Afrique et des implications pour le développement humain : « La quatrième révolution industrielle restera un mirage en Afrique si des investissements dans les infrastructures ne sont pas réalisés pour soutenir les progrès technologiques, accroître la capacité des pays africains à contribuer au développement humain et réduire les grandes inégalités que nous constatons sur le continent aujourd’hui ».

Le développement des infrastructures n’a jamais été aussi urgent. Cela signifie des infrastructures à la fois soft et hard qui peuvent soutenir la fourniture de soins de santé, l’apprentissage continu et la continuité des activités dans un monde de plus en plus connecté et numérique, à tout moment, mais surtout lors de chocs soudains comme la pandémie. Cela signifie un accès généralisé à l’électricité, à l’Internet, à la téléphonie, aux routes, aux établissements de santé et à d’autres technologies qui permettraient d’activer plutôt que de désactiver les systèmes.

Jusqu’à présent, nous observons des mesures qui sont principalement liées à la santé, à l’économie, à la situation socio-économique et à la politique, et ce à juste titre, car Covid-19 fait des ravages sur des économies, des sociétés et des moyens de subsistance entiers. Mais je dirais que si les réponses ci-dessus sont urgentes et nécessaires, les pays ne doivent pas perdre de vue les questions de développement à long terme, comme le fait de disposer d’un capital humain éduqué et qualifié, d’investir dans les infrastructures et de prendre des mesures pragmatiques, en tenant compte des risques, pour limiter les inversions du développement.

La Décennie d’action pour les objectifs de développement durable (ODD) n’aurait pas pu commencer sur une note plus stimulante. Covid-19 met une fois de plus en évidence le besoin urgent de modifier la façon dont l’Afrique investit, planifie, se prépare et réagit aux chocs, en mettant au centre de ses préoccupations des infrastructures résistantes, une planification intégrée et des plans d’urgence pour un développement durable. La route vers 2030 est peut-être semée d’embûches, mais le monde entier a la possibilité de se préparer, de réagir, de se remettre et de reconstruire en mieux. C’est à nous de faire ce choix.

Par Eunice G. Kamwendo Source LATRIBUNE

Eunice G. Kamwendo est conseillère stratégique PNUD-Afrique (Programme des Nations Unies pour le développement – Afrique). (Crédits : DR.)