Ce 30 août, juste après la proclamation des résultats de l’élection présidentielle au Gabon, des militaires court-circuitent le pouvoir du président Ali Bongo. Rapidement, la France condamne « le coup d’État militaire qui est en cours. »

Un mois après le coup d’État au Niger, un des derniers alliés de la France au Sahel, c’est au tour du Gabon, symbole s’il en est d’une relation franco-africaine controversée, de connaître un putsch retentissant. Quelques heures après l’annonce à la télévision gabonaise des militaires putschistes le 30 août, Paris a condamné « le coup d’État en cours » et a rappelé son « attachement à des processus électoraux libres et transparents. »

Or, d’autres pays ont des propos plus modérés que Paris à propos de ce putsch. Le chef de la diplomatie européenne Josep Borell insiste sur la différence entre les coups d’État au Niger et au Gabon. Il souligne que ce dernier, qui a renversé le président Ali Bongo, fait suite à des élections entachées « d’irrégularité ». Comment expliquer ce décalage dans les propos ?

Éviter le deux poids deux mesures

« Ceux qui ont le plus vivement réagi au coup d’État au Gabon ce sont les Chinois, qui habituellement ne s’expriment pas de façon aussi forte, et le Commonwealth », énumère pour TV5MONDE le journaliste spécialiste des relations entre la France et l’Afrique Antoine Glaser. L’intérêt de Pékin envers le Gabon s’explique par le fait que la Chine est le principal partenaire commercial du pays. Pour ce qui est du Commonwealth, c’est parce que le Gabon est membre de cette communauté anglophone depuis juin 2022. « Ali Bongo n’est pas francophile comme son père », note Antoine Glaser.

La France a totalement aligné sa déclaration sur celle qu’elle avait fait au Niger, pour ne pas qu’on lui reproche de faire deux poids deux mesures.

Antoine Glaser, journaliste spécialiste de l’Afrique 

Cependant, la Chine et le Commonwealth n’ont pas condamné le coup d’État en cours. Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a appelé à « rétablir l’ordre normal » tandis que le Commonwealth juge la situation préoccupante. De son côté, « la France a totalement aligné sa déclaration sur celle qu’elle avait fait au Niger, pour ne pas qu’on lui reproche de faire deux poids deux mesures », explique Antoine Glaser.

Pour rappel, la France avait condamné « avec la plus grande fermeté » le coup d’État qui a renversé Mohamed Bazoum le 26 juillet au Niger. « Ce coup d’État est parfaitement illégitime et profondément dangereux pour les Nigériens, pour le Niger et pour toute la région », avait souligné le président français Emmanuel Macron en appelant à « la restauration de l’ordre constitutionnel. »

Advertisement

1 COMMENTAIRE

  1. An interesting discussion is worth comment. I think that you should write more on this topic, it might not be a taboo subject but generally people are not enough to speak on such topics. To the next. Cheers

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici