Le ministère des Affaires étrangères a annoncé ce samedi suspendre « toutes ses actions d’aide au développement » au Niger, après le coup d’Etat militaire.

La France suspend « toutes ses actions d’aide au développement et d’appui budgétaire » au Niger après le coup d’Etat militaire contre le président élu Mohamed Bazoum, a annoncé samedi le ministère français des Affaires étrangères.

Paris « demande le retour sans délai à l’ordre constitutionnel nigérien, autour du président Bazoum, élu par les Nigériens », réaffirme le ministère dans un communiqué.

97 millions d’euros d’aide en 2021

Situé en plein coeur du Sahel, le Niger est un vaste territoire désertique doté d’une population de quelque 20 millions d’habitants, avec une croissance démographique parmi les plus élevées au monde.

L’Agence française de développement (AFD) a engagé 97 millions d’euros en 2021 dans ce pays, parmi les plus pauvres du monde, selon les chiffres disponibles sur le site internet de l’AFD.

Le président français Emmanuel Macron, en déplacement en Papouasie-Nouvelle-Guinée, a condamné vendredi « avec la plus grande fermeté le coup d’Etat militaire » au Niger, « dangereux » pour la région, et a appelé « à la libération » du président Bazoum.

1500 militaires français

Le Niger était l’un des derniers alliés de la France au Sahel, une région minée par l’instabilité, la précarité et les attaques jihadistes.

La France, qui a mis fin à l’opération antiterroriste Barkhane et s’est retirée du Mali sous la pression de la junte de Bamako, compte actuellement 1500 militaires déployés au Niger qui opéraient jusqu’ici conjointement avec l’armée nigérienne.

Le coup d’Etat à Niamey est le troisième dans cette zone depuis 2020, après l’arrivée de militaires au pouvoir au Mali et au Burkina Faso.

E.R. avec AFP
Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici