Alors qu’Emmanuel Macron a déclaré « illégitime » le coup d’Etat militaire au Niger, le Président français va diriger ce samedi 29 juillet un conseil de défense et de sécurité nationale.

A peine de retour de Papouasie Nouvelle-Guinée, après sa venue en Nouvelle-Calédonie, Emmanuel Macron prend à bras le corps un sujet international brûlant. Le coup d’Etat militaire contre le président du Niger, Mohamed Barzoum, est « parfaitement illégitime », a déclaré vendredi 28 juillet le président, en s’engageant à oeuvrer avec les instances régionales au rétablissement de l’ordre constitutionnel.

« La France condamne absolument avec la plus grande fermeté ce coup d’état militaire contre un dirigeant démocratiquement élu », a dit le chef de l’Etat pendant une conférence de presse en Papouasie-Nouvelle-Guinée retransmise par l’Elysée. Ainsi, ce samedi 29 juillet, à partir de 15 heures, Emmanuel Macron dirigera un conseil de défense et de sécurité nationale. 

Un pays partenaire

En cause, le Niger, pays stratégique, que la France considère comme l’un de ses principaux partenaires dans le Sahel. Quelque 1 500 soldats français sont déployés au Niger pour lutter contre les insurrections djihadistes dans le Sahel, dont une partie des soldats de l’ex-opération Barkhane qui étaient auparavant basés au Mali et ont dû en partir après l’alliance entre la junte au pouvoir à Bamako et la Russie.

Emmanuel Macron a appelé à la libération du président Mohamed Bazoum, retenu par les putschistes, et à la restauration de l’ordre constitutionnel, promettant d’oeuvrer en ce sens avec les dirigeants ouest-africains. « Ce coup d’état est parfaitement illégitime et profondément dangereux pour les Nigériens, pour le Niger et pour toute la région », a estimé le président français.

« Nous soutenons les organisations régionales, en particulier la Cédéao, dans les décisions de médiation ou de condamnation et de sanctions à l’égard des putschistes », a ajouté Emmanuel Macron, précisant s’être entretenu avec les présidents du Nigeria, Bola Tinubu, et du Bénin, Patrice Talon.

La société française Orano, qui exploite des mines d’uranium au Niger, a indiqué de son côté dans un communiqué que ses activités « se poursuivent » depuis le coup d’Etat à Niamey, tout en précisant qu’une « attention particulière » est apportée à la sécurité des personnels et des sites. « L’uranium en provenance du Niger couvre moins de 10 % de l’uranium utilisé dans les centrales nucléaires françaises », précise Orano, ajoutant que le Niger ne représente que 4 % de la production mondiale d’uranium.

Advertisement

2 Commentaires

  1. I?¦ve been exploring for a bit for any high-quality articles or weblog posts on this sort of house . Exploring in Yahoo I ultimately stumbled upon this website. Studying this information So i?¦m happy to show that I’ve an incredibly just right uncanny feeling I discovered exactly what I needed. I most certainly will make sure to don?¦t disregard this web site and give it a glance on a continuing basis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici