Suspectés d’acquisition frauduleuse de la nationalité et de trafic de passeports, une dizaine d’Ivoiriens d’origine libanaise ont été placés en détention à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca). Parmi eux, un patron très en vue.


Acquisition frauduleuse de la nationalité: Une dizaine d’hommes d’affaires d’origine libanaise détenus a la Maca en Côte d’Ivoire

Coup de filet: Les autorités ivoiriennes ont interpellé depuis plusieurs jours plus d’une dizaine d’hommes d’affaires d’origine libanaise, suspectés d’acquisition frauduleuse de la nationalité et de trafic de passeports. À Abidjan, ce dossier, dont très peu d’informations ont filtré jusqu’ici, fait grand bruit dans les milieux d’affaires.

Suspectés d’acquisition frauduleuse de la nationalité et de trafic de passeports, une dizaine d’Ivoiriens d’origine libanaise ont été interpellés par l’Unité de lutte contre la grande criminalité (ULGC), commandée par le colonel Inza Fofana alias Grumanont, et placés en détention à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca). Parmi eux, un patron très en vue.

Intense lobbying

Selon les informations de Jeune Afrique, Abbas Badreddine a été placé en détention le 17 juillet. Il est le directeur général de Plastica, une entreprise très en vue dont le gouvernement utilise l’image pour les campagnes promotionnelles sur l’investissement en Côte d’Ivoire. Son modèle de réussite « Made in Côte d’Ivoire » était ainsi utilisé par le cabinet du Premier ministre Patrick Achi.

Le patron de Plastica avait été convoqué une première fois le 14 juillet, avant d’être libéré le lendemain à la suite d’un intense lobbying, à la condition de se présenter le 17 devant la justice. Ce patron très introduit est suspecté d’avoir acquis frauduleusement la nationalité ivoirienne, sur la base d’un décret présidentiel de naturalisation obtenu par son père dans les années 2000 sous Laurent Gbagbo.

Son nom a été donné aux enquêteurs par l’un des cerveaux du tra »c, actuellement aux mains de la justice. La magistrate Georges Agathe Glele Olloe, doyenne des juges d’instruction du pôle pénal économique et « nancier d’Abidjan, en charge de l’enquête, n’a pas hésité à transférer Abbas Badreddine à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), ainsi qu’une dizaine d’autres Ivoiriens d’origine libanaise.

Alerte qatarie
Toujours selon nos informations, cette affaire, suivie personnellement par le président ivoirien Alassane Ouattara, a été déclenchée en juin dernier après une alerte donnée par le Qatar aux services de renseignement de la présidence, dirigés par le préfet Vassiriki Traoré. Plusieurs ressortissants syriens s’étaient présentés aux frontières qataries avec des passeports ivoiriens. Et, après un interrogatoire, ils sont passés aux aveux.

(…)
Ce 18 juillet au petit matin, de nouvelles interpellations ont eu lieu dans la boîte de nuit DonPapa, à Biétry, dans la commune abidjanaise de Marcory. Cet établissement, tenu par des Marocains, est fréquenté par le milieu libanais.\

Jeune-Afrique VIA CONNECTIONIVOIRIENNE.NET

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici