Le mardi 23 janvier 2024 était un grand jour pour la République de Côte d’Ivoire, en effet en pleine Coupe d’Afrique des nations (CAN, organisée par le pays) les autorités ont officiellement rouvert les portes des marchés obligataires internationaux pour les nations africaines, après un gel de 2 ans des émissions Eurobond pour ces pays. Gros succès pour Abidjan à la clé…

Après des tractations avec plus de 120 investisseurs lors de la journée de lancement de l’opération, le lundi 22 janvier 2024, la Côte d’Ivoire a mis la main sur une coquette somme de 2,6 milliards de dollars, par le biais de deux obligations avec des durées respectives de 09 ans et 13 ans. Au départ plus de 400 investisseurs se bousculaient pour miser sur le champion de la croissance et l’opération a vite atteint des sommets, plus de 8 milliards de dollars souscrits, un record absolu en Afrique de l’Ouest.

Le pays d’Alassane Ouattara, un économiste qui a été Directeur général adjoint du FMI, séduit de plus en plus les gros investisseurs de la planète, aussi bien ceux qui détiennent déjà des obligations ivoiriennes que de nouveaux investisseurs de renom. A noter que les deux nouvelles obligations de la Côte d’Ivoire ont décroché des taux d’intérêt respectifs de 6.30% et 6.85%, soit un taux d’intérêt moyen de 6.61%.

Avec cette prouesse Abidjan conforte son statut de poids lourd sur le marché de la finance durable mais également dans la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest). L’émission avec Label “Environnement, Social, Gouvernance” (ESG) prend sa source dans le Document-Cadre ESG dévoilé par la Côte d’Ivoire en juillet 2021 et actualisé en septembre 2023 avec le soutien des Partenaires Techniques Financiers (PTF).

On a appris que les fonds collectés seront principalement injectés dans le rachat et le refinancement d’Eurobonds déjà contractés par le pays ainsi que des crédits bancaires internationaux. Par cette opération la Côte d’Ivoire dégage des marges budgétaires et un matelas de liquidités qui profiteront à toute la communauté ouest-africaine.

Le fait que les investisseurs se ruent vers la Côte d’Ivoire ne va pas de soi dans un climat international tourmenté par des crises successives et deux guerres dont on ne voit pas le bout. De toute évidence les perspectives macroéconomiques du pays de Ouattara rassurent, grâce à une croissance robuste et dans la durée, tout ça dans un climat politique apaisé. C’est pour les mêmes raisons que le FMI avait décaissé 3,5 milliards de dollars en mai 2023. Plus que jamais la Côte d’Ivoire reste un placement sûr pour les bailleurs.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici