/Opérateurs de téléphonie cellulaire: Rusez moins avec votre clientèle !

Côte d’Ivoire: Opérateurs de téléphonie cellulaire: Rusez moins avec votre clientèle !

En Côte d’Ivoire les Compagnies de téléphonie cellulaire font partie des entreprises réalisant les meilleurs profits. En tout cas personne ne peut dire le contraire. Cependant, l’on constate que ces opérateurs usent de plus en plus de techniques sournoises pour soutirer encore plus d’argent à leur clientèle.

Citons-en quelques exemples. Premier exemple : Après consultation de son crédit internet un client reçoit un message lui disant que son crédit expire le mardi 25 juillet à 00h, là où il était plus simple de dire le lundi 24 juillet à 24h00. Parce qu’en définitive ce que retient le client dans son subconscient c’est bien la date du mardi 25 juillet et non celle du lundi 24 juillet, d’où le piège.

Deuxième exemple : Après consultation de son solde un client reçoit un message lui disant que son crédit de communication est valable jusqu’au dimanche 15 janvier (sans mention de l’heure) ; mais au cours de ladite journée il se rend compte qu’il ne peut plus appeler ni utiliser ses sms gratuits bien qu’il ait encore des unités.

En réalité cela voudrait dire que sa date de validité a expiré depuis le dimanche 15 janvier à 00h, ce que le message reçu ne lui a pas précisé. Ici également le client est à la limite floué.

Troisième exemple : Un client reçoit un message lui demandant de souscrire à un abonnement sur un sujet donné via la composition d’une syntaxe USSD ou l’envoi d’un message à un numéro court. Quelques fois on lui offre même une période de gratuité.

Seulement on ne précise pas au client la syntaxe qu’il doit composer lorsqu’il voudra annuler cette souscription alors que cette info aurait pu lui être donnée dans le même message.

Il arrive même que le coût de la souscription ne soit pas mentionné dans le message. Ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres et nul doute que chacun d’eux se reconnaitra et fera des efforts pour changer la donne.

CHARLES SÉKA

ABIDJAN