Le lancement officiel des délégations pour la mobilisation communautaire de proximité, a eu lieu ce samedi 27 avril 2024, à Yopougon, une commune populaire située dans l’Ouest d’Abidjan.

Après son conclave, le 29 mars 2024, qui avait conclu à des manifestations de rue à partir du 13 septembre 2024, pour exiger une élection présidentielle inclusive en octobre 2025, l’ONG Agir pour le Peuple (AGIP) a commencé à dérouler son plan d’action en vue de l’exécution de son mot d’ordre.

Les organisations membres de AGIP ont lancé samedi, au Baron de Yopougon Selmer, la mobilisation communautaire de proximité. AGIP a mis en mission d’explication et de mobilisation 31 délégations auprès des populations du District d’Abidjan et les quatre régions environnantes.

Selon le secrétaire général de AGIP, M. Armand Kripkeu, il s’agira pour ces délégations de rencontrer les chefferies, les organisations de jeunes et de femmes des quartiers et sous-quartiers ainsi que les différentes communautés ethniques desdites localités.

Ces rencontres auront pour objet d’obtenir l’adhésion des différentes populations à la lutte pour la réduction du coût de la vie et partager avec elles la nécessité de tout mettre en œuvre afin que les futures élections présidentielles ne soient pas meurtrières comme les scrutins précédents.

Au-delà de la lutte pour le bien-être socio-économique des populations ivoiriennes qui est son cheval de bataille premier, AGIP s’est donné pour impératif de tout mettre en œuvre en vue d’éviter à la Côte d’Ivoire une autre élection présidentielle sanglante.

Pour ce faire, Agir pour le peuple a décrété les élections présidentielles de 2025 d’« Election zéro mort » et compte se donner tous les moyens pour y parvenir. L’organisation menace de battre le pavé si aucune réponse favorable n’est donnée à ses revendications.

Plusieurs partis de l’opposition ivoirienne appellent à une révision du découpage électoral et à une « réforme » de la Commission électorale indépendante (CEI), institution chargée d’organiser les élections en Côte d’Ivoire.

« Le peuple ivoirien est fatigué que chaque cinq ans, pour les intérêts égoïstes d’une classe politique, toute la nation soit martyrisée et d’innocentes personnes soient tuées », a déclaré M. Armand Krikpeu, sous des salves d’applaudissements.

Il a rappelé « la funeste journée du lundi 9 novembre 2020 », où à l’occasion de l’élection présidentielle, l’« innocent N’Guessan Koffi Toussaint a horriblement perdu la vie à Daoukro (Est ivoirien). Sa tête lui fut arrachée à la machette et transformée en ballon de football ».

« Ses bourreaux n’ont jamais été inquiétés. Nous ne voulons pas de Toussaint Koffi bis en 2025, c’est pourquoi AGIP exige une élection inclusive, juste, équitable et transparente, gage d’une réconciliation vraie et durable ; et pour l’obtenir, Agir est prête à aller au charbon à partir du 13 septembre 2024 », a lancé M. Krikpeu.

AP/APA

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici