Image utilisée juste à titre d'illustration

Par Amnesty International Selon des témoignages exclusifs obtenus par Amnesty International, des policiers d’Abidjan auraient autorisé des groupes d’hommes, dont certains étaient armés de machettes et de gros bâtons, à attaquer les manifestants qui manifestaient contre la décision du président Alassane Ouattara de briguer un troisième mandat.

Dans une rare interview, un policier en service le 13 août dans le district de Yopougon à Abidjan a déclaré à Amnesty International qu’il était alarmé d’entendre ses collègues raconter comment les hommes armés avaient «aidé» la police à disperser les manifestants la semaine dernière. 

Deux minifourgonnettes ( Gbakas ) transportant des dizaines de jeunes hommes, certains armés, ont été conduites vers deux lieux de manifestation où l’officier était présent. À un endroit, deux hommes à moto escortant les Gbakas se sont approchés de l’officier de police et après une brève conversation, le groupe de jeunes hommes est entré dans le quartier sans entrave et a commencé à courir après et à disperser les manifestants.Alors que nous essayions de dégager les routes, deux Gbakas, un vert et un jaune, pleins de jeunes et une moto, sont arrivés. Des dizaines d’hommes, certains armés de machettes et de gros bâtons, sont sortis des véhicules. Officier de police

Notre source policière a déclaré que quelques instants après l’entrée du groupe d’hommes dans le quartier, un manifestant en est sorti avec des coups de couteau en disant qu’il avait été attaqué par des hommes à moto.

Le policier a déclaré:

«Nous avons été envoyés dans une zone du quartier de Yopougon où nous avons trouvé des barricades et quelques jeunes scandant des slogans contre le troisième mandat. Ils n’étaient pas armés. Nous ne sommes pas intervenus car il n’y avait pas assez de policiers. Alors que nous essayions de dégager les routes, deux Gbakas , un vert et un jaune, pleins de jeunes et une moto, sont arrivés. Des dizaines d’hommes, certains armés de machettes et de gros bâtons, sont sortis des véhicules. Ils étaient plus que des manifestants. Les deux hommes à moto se sont approchés de notre chef, puis le groupe d’hommes est entré dans le quartier et a commencé à chasser les manifestants.

Plusieurs vidéos publiées sur les réseaux sociaux montrent un Gbaka vert déchargeant les hommes armés, qui ont alors commencé à chasser les manifestants à la vue des policiers qui regardaient passivement sans intervenir.

Le policier a déclaré à Amnesty International qu’il avait entendu d’autres policiers dire que des hommes armés avaient «aidé» la police à disperser les manifestants dans d’autres quartiers d’Abidjan.Nous avons été choqués et avons compris que leur présence n’était pas fortuite. Quelqu’un les informait apparemment des zones d’intervention des forces de sécurité. C’est une étape très dangereuse et je suis vraiment inquiet. Officier de police

«Nous avons été choqués et avons compris que leur présence n’était pas fortuite. Quelqu’un les informait apparemment des zones d’intervention des forces de sécurité. C’est une étape très dangereuse et je suis vraiment inquiet. Cela me rappelle deux crises passées où les milices semaient la terreur parmi la population », a-t-il déclaré.

Hier, vers 5h30 du matin, un témoin a déclaré à Amnesty International qu’en quittant sa maison dans le quartier SIDECI du district de Yopougon, au Carrefour SGBCI, il a vu des jeunes, non armés, barricader la route avec des tables. Peu de temps après, une Peugeot 406, trois autres véhicules et un Gbaka blanc sont arrivés transportant des dizaines d’hommes en civil armés de machettes, de couteaux et de gros bâtons. Ces hommes sont descendus des véhicules et ont attaqué les jeunes à la barricade. L’un d’eux a été grièvement blessé à coups de machette et emmené à la clinique de Bethesda. La police est arrivée peu de temps après, a trouvé les hommes armés mais ne les a pas arrêtés.

Le témoin a rapporté avoir vu plus de barricades dans la région de Niangon Nord à Yopougon. Il a également vu environ sept motos et trois véhicules avec des hommes armés de machettes et de bâtons qui enlevaient les barricades. La police était présente mais n’a rien fait. Lorsque la police est partie, les hommes armés les ont suivis dans leurs motos et véhicules.L’apparente collaboration de la police avec des groupes d’hommes armés, qui ne sont ni formés ni responsables, pour gérer les manifestations est extrêmement préoccupante. Il représente une résurgence alarmante de l’utilisation d’agents non officiels «d’application de la loi» en Côte d’Ivoire. Samira Daoud, directrice d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre

«L’apparente collaboration de la police avec des groupes d’hommes armés, qui ne sont ni formés ni responsables, pour gérer les manifestations est extrêmement préoccupante. Cela représente une recrudescence alarmante de l’utilisation d’agents non officiels de «maintien de l’ordre» en Côte d’Ivoire, où nous avons déjà documenté de multiples violations des droits humains commises par des hommes armés en civil », a déclaré Samira, directrice d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et centrale Daoud.

«Nous appelons les autorités ivoiriennes à empêcher immédiatement ces groupes armés d’hommes de commettre de nouveaux crimes. Les autorités doivent mener une enquête approfondie, efficace et impartiale sur les allégations de violations des droits de l’homme commises par ces hommes, ainsi que sur la complicité apparente de la police. Les personnes reconnues responsables doivent être traduites en justice dans le cadre de procès équitables devant des tribunaux civils ordinaires. »

Le 13 août, des hommes armés ont également attaqué un autre membre de l’ACI à Anyama-Adjame, à environ 10 km d’Abidjan, alors qu’il manifestait. L’homme a ensuite été arrêté par la police pour avoir protesté et relâché.

Le même jour, la police a arrêté cinq membres du parti d’opposition, GPS, alors qu’ils se rendaient à un point de rassemblement de manifestants dans le quartier de Cocody à Abidjan. Quatre d’entre eux sont détenus à la prison centrale d’Abidjan (MACA).

Selon le ministre de la Sécurité et de la Protection civile de Côte d’Ivoire, le général Vagondo Diomande, environ 70 personnes ont été arrêtées entre le 10 et le 14 août pour «perturbation de l’ordre public, incitation à la révolte, violences contre les forces de l’ordre et destruction de biens».Nous appelons les autorités à libérer toute personne arrêtée uniquement pour avoir exprimé ses opinions politiques ou pour avoir organisé et participé à des manifestations pacifiques. Samira Daoud, directrice d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre

 «Nous appelons les autorités à libérer toute personne arrêtée uniquement pour avoir exprimé ses opinions politiques ou pour avoir organisé et participé à des manifestations pacifiques. Les autorités doivent veiller à ce que les gens soient libres d’exprimer leurs opinions sans crainte de représailles », a déclaré Samira Daoud.

Le ministre a également confirmé que cinq personnes avaient été tuées dans diverses régions du pays pendant les manifestations; trois à Daoukro, un à Gagnoa et un autre à Bonoua, et plus de 100 personnes, dont dix policiers et deux gendarmes, ont été blessés.

Répression croissante

Depuis 2019, des rassemblements pacifiques organisés par des organisations de la société civile et des groupes d’opposition sont régulièrement interdits et dispersés avec une force excessive par la police et la gendarmerie.

Le 26 juin 2019, le pays a adopté un nouveau code pénal qui porte davantage atteinte aux droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique. Le code considère comme «rassemblement illégal» tout rassemblement public et non armé «susceptible d’affecter l’ordre public», des descriptions trop larges présentant un fort potentiel d’abus.La répression des manifestations est une violation flagrante des droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique. Les autorités de Côte d’Ivoire devraient protéger, et non punir, les dirigeants de l’opposition, les dissidents, les journalistes et les défenseurs des droits humains. Samira Daoud, directrice d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre

«La répression des manifestations est une violation flagrante des droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique. Les autorités de Côte d’Ivoire devraient protéger, et non punir, les dirigeants de l’opposition, les dissidents, les journalistes et les défenseurs des droits humains », a déclaré Samira Daoud.

Contexte

A la veille des manifestations, le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Sidiki Diakité, a annoncé que les manifestations n’étaient pas autorisées et a affirmé que son ministère n’avait pas été officiellement informé.

Amnesty International