Guillaume Soro

Côte d’Ivoire: Guillaume Soro visé par une plainte pour crimes de guerre et assassinat. (Par FANNY PIGEAUD)

Une plainte a été déposée jeudi à Paris contre l’ex-premier ministre ivoirien et actuel adversaire du président Alassane Ouattara. Elle porte sur des faits présumés commis par la rébellion des Forces nouvelles qu’il a dirigée de 2003 à 2011.

Lire aussi: Côte d’Ivoire: Guillaume Soro jugé en son absence à Abidjan

Une partie des crimes présumés des Forces nouvelles est en train de revenir comme un boomerang vers Guillaume Soro, l’ancien « secrétaire général » de cette rébellion armée et candidat déclaré à l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, prévue en octobre 2020. La suite sur Mediapart


Justice: 6 Français et Ivoiriens portent plainte contre Guillaume Soro à Paris

Les accusations contre l’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro sont loin d’être terminées. Six (6) personnes de nationalité ivoirienne et française ont porté plainte contre lui, ce jeudi 7 mai 2020 à Paris, par le biais de leurs avocats.

Ces plaignants, selon Médiapart, accusent l’ex-secrétaire général du Mpci d’avoir commandité la mort de cinq (5) individus, en 2004 et 2011, membres de la rébellion en Côte d’Ivoire. Au nombre de ces personnes tuées, figure l’ancien militaire ivoirien Ibrahim Coulibaly connu sous le sobriquet (IB).

Médiapart souligne d’ailleurs que “la fille” de cet ex-soldat fait partie des personnes ayant déposé la plainte. S’étant constituée en victime, cette fille de nationalité française, précise le média, accuse Guillaume Soro d’assassinat. « Il n’y a pas de doute sur le sort qui a été réservé à IB et le fait qu’il ait été victime d’homicide par des agents de Guillaume Soro », ont fait savoir ses avocats Joseph Breham et Noémie Saidi-Cottier.

On se rappelle bien qu’Ibrahim Coulibaly a été tué en avril 2011, à l’occasion de la crise post-électorale en Côte d’Ivoire. Selon Mediapart, « le conflit qui régnait entre lui et Guillaume Soro s’est définitivement terminé à la date du décès ».

Fratmat