Dans les arcanes de la politique ivoirienne, une figure internationale émerge avec une détermination nouvelle. Tidjane Thiam, ancien banquier franco-ivoirien au parcours prestigieux, a annoncé sa candidature à la présidence du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), dévoilant ainsi les coulisses d’une décision mûrement réfléchie selon Jeune Afrique.

Tidjane Thiam, 61 ans, n’est pas un novice dans le monde de la finance. Ayant occupé des postes de haute responsabilité, notamment en tant que directeur général du Crédit Suisse, sa carrière exceptionnelle l’a conduit à tisser des liens avec des personnalités de premier plan telles que Barack Obama et Emmanuel Macron.

Selon Jeune Afrique, sa décision de plonger dans l’arène politique aurait été catalysée par les événements tumultueux de l’élection présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire. Les affrontements violents entre partisans du PDCI et du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), ainsi que le contexte socio-politique tendu, ont été le déclencheur qui a poussé Tidjane Thiam à envisager un rôle plus actif dans la politique ivoirienne.

Un retour stratégique et un soutien local clair
« Malgré la distance et des responsabilités professionnelles qui l’ont conduit de la Suisse à Londres en passant par la France ou les ÉtatsUnis, où il a tissé des liens avec des personnalités de premier plan comme Barack Obama et Emmanuel Macron, Tidjane Thiam n’a jamais véritablement rompu les liens avec son pays, ni avec le PDCI dont il est un donateur » relève Jeune Afrique.

« Lors des dernières élections locales du 2 septembre, il aurait ainsi soutenu financièrement ses candidats. Un atout financier loin d’être négligeable, pour ne pas dire essentiel, dans un parti entretenu jusque-là principalement par Bédié, patron du PDCI pendant trois décennies, décédé le 1er août à l’âge de 89 ans alors qu’il était l’unique candidat à sa propre succession », ajoute par la suite JA.

Des enjeux internes et un parti à réformer
En cas de victoire à la présidence du PDCI, Thiam devra relever le défi de revitaliser un parti politiquement vieillissant et en perte de vitesse. Le PDCI, ancien parti unique, doit faire face au puissant RHDP d’Alassane Ouattara, ajoutant un niveau de complexité à cette transition politique.

Cependant, des contestations ont émergé quant à l’éligibilité de Thiam en raison de son absence prolongée du bureau politique du PDCI. Certains adversaires remettent en question son ancrage local, bien que ses partisans balaient ces critiques en assurant que tous les critères sont respectés.

Une campagne structurée et des perspectives internationales
À deux ans des élections présidentielles de 2025, la candidature de Thiam suscite un enthousiasme parmi les députés, cadres, et militants du PDCI. Son expérience internationale, ses relations mondiales, ainsi que sa réputation dans le domaine financier pourraient être des atouts majeurs pour le parti.

Le 16 décembre 2023, lors du congrès électoral à Abidjan, l’avenir du PDCI pourrait prendre une nouvelle direction. Les négociations entre les cinq candidats, dont Noël Akossi Bendjo, Maurice Kakou Guikahué, Jean-Marc Yacé, Moïse Komoué Koffi et Thiam, pourraient aboutir à un consensus visant à éviter des divisions au sein du parti. L’arrivée de Tidjane Thiam sur la scène politique ivoirienne est perçue comme un possible bouleversement. Sa notoriété mondiale, ses appuis internationaux, et son engagement envers la réconciliation nationale pourraient remodeler la politique en Côte d’Ivoire.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici