Le président du Congrès panafricain pour la Justice et l’Égalité des Peuples (COJEP), un parti de l’opposition ivoirienne, Charles Blé Goudé a plaidé pour que sa condamnation à 20 ans d’emprisonnement en Côte d’Ivoire et les conséquences qui en découlent, trouvent une

solution politique par une décision du Chef de l’Etat, Alassane Ouattara à l’instar des autres personnalités. Cette annonce a été faite par le porte-parole du Cojep, maître Serge Ouraga dans une note consultée par Abidjan.net le lundi 22 avril 2024.

Cette note en réponse au porte-parole du gouvernement, le ministre Amadou Coulibaly qui a cru devoir indiquer à monsieur Charles Blé Goudé la voie judiciaire pour le dégel de ses avoirs et l’annulation de sa condamnation à 20 ans d’emprisonnement avec son corollaire de privation de droits civiques et politiques, a été le cadre pour Charles Blé Goudé « rafraîchir la mémoire du porte-parole du gouvernement sur deux points importants. ».

Selon Charles Blé Goudé, les comptes bancaires de l’ensemble des personnalités politiques ont été dégelés suite aux conclusions du dialogue politique et non après saisine de la justice par lesdites personnalités. « Il s’agit juste d’un rappel de faits que le porte-parole du gouvernement est censé ne pas ignorer en sa qualité de participant au dialogue politique. Le dialogue politique est-il une instance judiciaire ? Les vagues successives et salutaires de libérations de personnalités politiques et militaires auxquelles nous avons assistées dans notre pays, résultent de la mise en œuvre de la volonté de décrispation publiquement exprimée par le Président de la République de Côte d’ivoire, son Excellence Alassane Ouattara. Monsieur le porte-parole du gouvernement est également supposé le savoir. », rappelle-t-il.

Selon lui, en application du principe élémentaire de droit pénal, NON BIS IN IDEM selon lequel « nul ne peut être poursuivi ou puni à raison des mêmes faits », Charles Blé Goudé ayant été acquitté par la Cour Pénale Internationale pour les faits liés à la crise postélectorale de 2010- 2011, ne saurait faire l’objet d’une condamnation pénale pour les mêmes faits. « Cette condamnation à 20 ans d’emprisonnement en Côte d’ivoire et les conséquences qui en découlent, constituent purement et simplement une condamnation politique. » C’est pourquoi Charles Blé Goudé « plaide afin que cette situation trouve une solution politique par une décision du Chef de l’Etat, à l’instar des autres personnalités. »

Pour finir, M. Charles Blé Goudé a exigé que pour la consolidation de la paix et la décrispation politique, certains sujets ne fassent pas l’objet de querelle et de polémique inutiles. Il a par ailleurs invité le porte-parole du gouvernement à s’inscrire résolument dans la voie indiquée par le président de la République, Alassane Ouattara qui est de tourner la page des crises qui ont endeuillé la Côte d’Ivoire, afin de regarder ensemble vers l’avenir.

Cyprien K.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici