Ce matin du samedi 16 décembre, la Maison du Parti, siège du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA), a été le théâtre de deux scènes contrastées lors du Congrès tant attendu, selon le témoignage d’un militant présent sur place.

Dès l’aube, des dizaines de congressistes venus de tout le pays ont convergé vers Abidjan, où plusieurs cars les attendaient pour assurer leur déplacement en toute sécurité vers le siège du parti. Cependant, une présence policière impressionnante, avec un contingent de plus de vingt hommes, a semé la perplexité parmi les participants.

La situation a pris une tournure inattendue vers 7 heures lorsque, selon des témoins oculaires, plusieurs dizaines de policiers ont tenté d’accéder au siège du vieux parti à Cocody. Les forces de l’ordre ont bloqué les accès, ordonnant aux congressistes de se disperser, créant ainsi une atmosphère tendue.

Face à cette intrusion policière, des jeunes du parti ont dû intervenir pour empêcher l’accès au siège, maintenant un statu quo où personne n’entre ni ne sort. La situation a laissé le siège du PDCI-RDA sous embargo, laissant la communauté politique en suspens quant aux développements ultérieurs.

Les raisons de cette confrontation entre les forces de l’ordre et les congressistes ont été éclaircies par une nouvelle information : le Congrès prévu avait été suspendu la veille par une décision de justice. Cette révélation jette une lumière nouvelle sur les tensions, laissant entrevoir une possible connexion entre la suspension judiciaire et l’intervention policière.

Source:KESSIYA

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici