Le gouvernement de Brazzaville a écarté les informations suggérant qu’un coup d’Etat était en cours contre le président Denis Nguesso.

Dimanche 17 septembre, des informations non confirmées faisaient état d’une insurrection de l’armée congolaise à Brazzaville pour destituer M. Nguesso alors que ce dernier se trouvait aux Etats-Unis pour prendre part à la 78e Assemblée générale des Nations Unies.

Réagissant à ces informations, le gouvernement maintient qu’une telle insurrection n’a pas eu lieu, les rejetant comme des machinations visant à semer la pagaille dans le pays.

Il appelle la population congolaise au calme et l’exhorte à vaquer à ses occupations quotidiennes sans se soucier de la situation politique du pays.

Depuis lundi, la normalité semble régner dans la capitale Brazzaville et dans d’autres villes où les gens seraient en train de vaquer normalement à leurs occupations. Il n’y a pas de présence visible de troupes dans les rues.

Les rumeurs de coup d’Etat font suite à une série récente de coups d’Etat réussis ou non en Afrique occidentale et centrale, le dernier en date étant le renversement, le mois dernier, de l’ancien président Ali Bongo au Gabon par le chef de la garde républicaine, le général Brice Oligui Nguema

Un coup d’Etat similaire a eu lieu au Niger, où le président civil Mohamed Bazoum a été renversé en juillet, et d’autres ont eu lieu au Burkina Faso, en Guinée, au Mali et en Guinée.

M. Nguesso, âgé de 79 ans, est au pouvoir depuis son second mandat de président congolais en 1997. Son premier mandat a duré de 1979 à 1992.

WN/as/fss/ac/APA


Supposé coup d’État au Congo : voici la réaction du gouvernement

Pas de tentative de coup d’État au Congo. Dans la soirée du dimanche 17 septembre 2023, le gouvernement a apporté un démenti formel à cette rumeur.

Congo : le gouvernement dément une tentative de coup d’État

Une rumeur folle faisant état d’une tentative de coup d’État au Congo a envahi les réseaux sociaux ce dimanche. Les auteurs de cette rumeur sont même allés en présentant le colonel Serge Oboa et le colonel Basile Boka comme les cerveaux du supposé putsch.

Selon les premières informations qui ont circulé sur la toile, le président Dénis Sassou N’guesso aurait été renversé et destitué par l’armée. Mais il n’en est rien.

Un peu plus tard dans la soirée, le gouvernement a réagi en apportant un démenti formel. Dans un bref post publié sur son compte twitter, Le Ministre de la Communication et des Médias, Porte-parole du gouvernement, a dénoncé des « informations fantaisistes ».

Selon Thierry Moungalla, les informations évoquant des évènements grave qui seraient en cours à Brazzaville constituent des « Fake news ». « Nous rassurons l’opinion sur le calme qui règne et invitons les populations à vaquer sereinement à leurs activités », a-t-il ajouté.

Denis Sassou N’guesso hors du territoire

Le président Dénis Sassou N’guesso séjourne actuellement hors du territoire. C’est d’ailleurs cette absence qui a servi d’argument aux auteurs de la rumeur de coup d’État. Il s’agit pourtant d’un voyage officiel.

En effet, à l’instar de plusieurs autres présidents, Denis Sassou N’guesso s’est rendu à New York dimanche pour participer à la 78ème Assemblée Générale des Nations Unies.

Dans un post annonçant son arrivée, il a indiqué que son séjour à New York « est aussi l’occasion de renforcer les relations bilatérales et de promouvoir le sommet des trois bassins forestiers tropicaux qui se tiendra, à Brazzaville, le mois prochain ».

Par Sessi Coffi AFRIQUESUR7

Advertisement

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici