Cissé Bacongo

“Qu’on comprenne bien la posture de tous les contradicteurs sur la Toile. Ils tentent vainement de convaincre que le fin mot sur le sujet se trouve dans l’avis de CISSE Ibrahim Bacongo, qu’ils élèvent généreusement, au passage, au rang d’éminent juriste constitutionnaliste, pour les besoins de leur cause, pour avoir la conscience tranquille de le vouer aux gémonies après sa mise au point (…)

Lire aussi: 3e mandat: Ouattara face au casse-tête constitutionnel (Opinion)

Fort heureusement, dans le cas prosaïque qui nous concerne, pour départager les protagonistes, il n’est nullement besoin de faire appel au Ciel. Le juge constitutionnel, qu’est le Conseil du même substantif, est l’arbitre du jeu. Il lui appartient, seul, de prendre, en dernier ressort, la décision qui s’impose à tous, au regard des textes applicables en l’occurrence et selon son intime conviction, sans se laisser influencer par quelque avis, qu’il soit juridique ou politique. Donc, «A César, ce qui est à César !»

Laissons au Conseil Constitutionnel le soin de trancher, le moment venu, la question de l’éligibilité des candidats à la prochaine élection présidentielle, sans lui faire de procès d’intention, par prévention.”

Cissé Bacongo

Ministre Auprès du Président de la République Chargé des Affaires Politiques et Maire de la commune de Koumassi