L’Argentine, l’un des six pays invités en août à rejoindre le bloc, a décliné fin décembre l’offre

Cinq nouveaux membres, à savoir l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l’Iran, l’Égypte et l’Éthiopie, ont officiellement rejoint les BRICS ce 1er janvier. Composé initialement du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine puis de l’Afrique du Sud, le bloc a acté son élargissement fin août 2023, lors de son quinzième sommet, tenu à Johannesburg.Image

L’Argentine, l’un des six pays invités en août à rejoindre le bloc, a décliné fin décembre l’offre. Son président ultralibéral Javier Milei, au pouvoir depuis le 10 décembre dernier, a officiellement renoncé à l’adhésion du pays aux BRICS à travers une lettre datée du 22 décembre mais rendue publique le 29 du même mois. Dans cette lettre adressée aux dirigeants du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud, Milei estime que le moment n’était pas « opportun » pour que l’Argentine adhère au bloc des économies émergentes. Son prédécesseur, l’ancien président de centre-gauche Alberto Fernandez, avait soutenu l’adhésion à l’alliance comme une opportunité d’atteindre de nouveaux marchés.

Le bloc, qui produit près d’un quart de la richesse mondiale (23%) et rassemble 41% de la population globale, revendique un équilibre économique et politique mondial multipolaire notamment au regard de l’hégémonie de l’Occident.​​​​​​​

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici