Le FBI enquête sur l’explosion d’un véhicule qui a fait deux morts sur le pont frontalier Rainbow entre les États-Unis et le Canada.

Rien n’indique pour le moment que l’explosion du véhicule sur le pont est de nature terroriste, a affirmé la gouverneure de l’État de New York, Kathy Hochul, en fin de journée mercredi.

D’après la gouverneure, l’accident a eu lieu vers 11 h 30.

Selon la police régionale de Niagara, les faits ont eu lieu sur le côté américain du pont Rainbow. Le service de police a ajouté qu’il n’y avait aucune menace du côté canadien de la frontière.

Trois des quatre ponts transfrontaliers entre la région de Niagara et l’ouest de l’État de New York, à l’exception du pont Rainbow, ont rouvert en fin de journée après avoir été fermés aux automobilistes pendant plusieurs heures.

Des photos et des vidéos prises par les organes de presse et publiées sur les réseaux sociaux montraient d’abord une cabine de sécurité ravagée par les flammes.

Le United States Customs and Border Protection, l’agence frontalière américaine, a depuis publié sur le réseau social X une vidéo de l’accident.

Une situation « sérieuse »

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Dominic LeBlanc, a souligné en point de presse qu’il s’agissait d’une situation sérieuse et qu’il serait en contact avec le secrétaire américain à la Sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas, plus tard mercredi.

Ottawa ne pouvait confirmer si l’événement était intentionnel ou non. Une source gouvernementale a indiqué à Radio-Canada que les informations n’étaient pas claires, et qu’il pourrait s’agir d’un accident bizarre.

Le gouvernement canadien croit que la voiture arrivait fort probablement des États-Unis, d’après des sources de Radio-Canada.

L’explosion a causé des dommages à l’édifice frontalier américain du pont Rainbow.

PHOTO : ASSOCIATED PRESS / DEREK GEE

Le FBI coordonne son action avec ses partenaires locaux, étatiques et fédéraux dans le cadre de cette enquête. La situation étant très fluctuante, c’est tout ce que nous pouvons dire pour l’instant, a fait savoir l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC).

Le cabinet du premier ministre Justin Trudeau a affirmé être en contact avec les autorités américaines. Le ministre de la Sécurité publique, la GRC et l’ASFC sont pleinement engagés et apportent le soutien nécessaire, explique l’attachée de presse Jenna Ghassabeh.

Le premier ministre Trudeau s’est excusé de la période des questions, mercredi, pour obtenir davantage d’information au sujet de la situation.

Sur le réseau X, le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a indiqué qu’il était au courant de l’incident.

Karine Jean-Pierre, porte-parole de la Maison-Blanche, a affirmé que le président Joe Biden avait lui aussi été informé de la situation.

Un douanier blessé

Un porte-parole du Niagara Falls Memorial Medical Centre a indiqué par courriel qu’un douanier américain blessé par l’explosion a été soigné à l’hôpital. Le patient a déjà obtenu son congé.

La gouverneure Hochul a affirmé dans un communiqué qu’elle avait demandé à la police de l’État de collaborer avec le groupe de travail sur le terrorisme du FBI afin de surveiller tous les points d’entrée de l’État.

En entrevue à CBC, le professeur à l’Université du Michigan Javed Ali, un ancien analyste au département de la Sécurité intérieure, a précisé que chaque bureau de terrain du FBI compte un tel groupe de travail qui comprend des agents du FBI et des policiers locaux.

L’aéroport de Buffalo a mis en oeuvre des mesures de sécurité accrues en raison de l’accident, mais il demeure ouvert.

Advertisement

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici