Dans la nuit de samedi à dimanche, un immeuble de quatre étages s’est effondré sur un autre bâtiment résidentiel d’un étage. Le bilan a été revu à la hausse lundi soir.

Les secours continuaient, lundi 24 juillet, de fouiller les décombres à Douala, la capitale économique du Cameroun, après l’effondrement d’un immeuble d’habitation dans la nuit de samedi à dimanche. Au moins 37 personnes sont mortes et 21 sont blessées, dont cinq en « urgence absolue », selon Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, le gouverneur du Littoral, l’une des dix régions camerounaises. Un précédent bilan faisait état de 33 morts.

Dans la nuit de samedi à dimanche, vers 1 h 30, (2 h 30 à Paris), un immeuble de quatre étages s’est effondré sur un autre bâtiment résidentiel d’un étage, provoquant l’une des pires catastrophes de ce type dans le pays.

Lire aussi: Cameroun : 12 morts dans l’effondrement d’un immeuble

Venue témoigner son soutien aux victimes et aux secours lundi, Célestine Ketcha-Courtès, la ministre du développement urbain du Cameroun, a reconnu devant la presse faire face à « une situation catastrophique », précisant que « l’immeuble en question n’avait pas de permis de construire ».

Dimanche, l’hôpital Laquintinie de Douala avait annoncé avoir pris en charge « treize cas provenant de ce drame », et enregistré deux décès, dont celui d’une fillette de 3 ans et d’une jeune femme de 19 ans. Les onze autres personnes admises étaient trois enfants, deux adolescentes, une jeune femme de 28 ans, et cinq hommes, avait précisé l’établissement.

La question du respect des normes de construction

Habitant du quartier depuis quinze ans, à une dizaine de minutes à pied de l’immeuble qui s’est effondré, Prosper Tchinda faisait partie des premières personnes sur place après l’accident. « Il y avait un survivant qui est sorti avec quelques égratignures, on a aussi retrouvé un bébé sain et sauf », a-t-il dit par téléphone à l’Agence France-Presse (AFP).

« Le bilan pourrait encore grimper », redoute toutefois l’informaticien de 42 ans, qui assure qu’un « événement festif avec de la musique avait lieu au moment des faits », et que le bâtiment était en mauvais état.

Cet immeuble « avait l’air défaillant, il y avait des fissures dans le mur et on avait l’impression qu’il pouvait s’effondrer à tout moment. Ce n’est vraiment pas le type d’immeuble qui donnait envie de s’y installer », a confié Nathalie à l’AFP, une autre riveraine qui s’est rendue sur place immédiatement après avoir entendu un « grand bruit ». Cette témoin, qui a demandé à rester anonyme, a également affirmé qu’une « fête » se tenait dans l’immeuble la nuit des faits.

En 2016, l’effondrement d’un bâtiment d’habitation avait causé la mort de cinq personnes à Douala, et les autorités avaient soulevé la question du respect des normes de construction. En juin de la même année, elles avaient identifié 500 immeubles « menaçant ruine » dans la ville.

Avec Le Monde et AFP

Advertisement

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici