Pour la nouvelle campagne cacaoyère 2023/24, qui a démarré samedi dernier, le Ghana a augmenté de plus de 63% le prix garanti de la tonne de cacao au producteur à 20 943 cédis (1.121.000 francs cfa) contre 12 800 cédis lors de la précédente campagne.

Un prix le plus élevé payé aux cacaoculteurs depuis plus de 50 ans a souligné le président ghanéen Akufo-Addo lors du lancement de la campagne à Tepa.

Une hausse qui s’inscrit dans contexte où les cours mondiaux continuent de surfer sur des sommets depuis le mois de juin avec une clôture vendredi dernier sur le marché de Londres à 3 050 livre la tonnes, après avoir touché son plus haut niveau depuis 1977 à 3 053 livres.

La faiblesse de l’approvisionnement en fèves d’Afrique de l’Ouest devrait conduire à un déficit mondial substantiel en 2022/23, estimé fin août par l’Organisation internationale du cacao (ICO) à 116 000 tonnes. Et l’on s’achemine pour 2023/24 vers un déficit pour la troisième campagne consécutive.

En augmentant le prix au producteur, le Ghana veut aussi limiter la contrebande vers les pays voisins, notamment la Côte d’Ivoire et le Togo. Avec un prix inférieur et la dévaluation du cédi, ainsi que l’extraction illégale d’or sur les terres agricoles, plus de 150 000 tonnes de cacao auraient été détournées, selon Fiifi Boafo, responsable des affaires publiques au Cocobod. Alors que la campagne 2022/23 devrait être de 11% inférieure à la précédente, soit environ 750 000 tonnes, le Cocobod attend un rebond à 800 000 tonnes pour 2023/24. Le Cocobod sollicitera un financement de $1,2 milliard pour 2023/24.

La Côte d’Ivoire à Bruxelles

La Côte d’Ivoire devait envoyer aujourd’hui une délégation du Conseil café cacao à Bruxelles pour négocier le coût de la production durable avec l’objectif d’en faire supporter le coût aux multinationales, selon une information de Bloomberg.

La conclusion d’un accord sera une condition pour reprendre les ventes à terme de cacao pour 2023/24 et démarrer les contrats pour 2024/25. La Côte d’Ivoire a suspendu ses ventes à terme en juillet dernier (Lire : Cacao : la Côte d’Ivoire suspend ses ventes à terme de la campagne 2023/24). Les ventes à terme de la Côte d’Ivoire pour la saison qui débute le mois prochain s’élevaient à 1,3 million de tonnes (Mt) avant la suspension, contre environ 1,8 Mt pour les contrats conclus chaque année.

Le règlement de l’Union européenne sur la déforestation causée par les produits agricoles importés est officiellement entré en vigueur le 29 juin 2023 obligeant les entreprises à vérifier et à publier une déclaration de diligence raisonnable attestant que les marchandises, dont le cacao parmi les neufs produits concernés, qu’elles vendent au sein de l’Union européenne n’ont pas contribué à la déforestation ou à la dégradation des forêts depuis le 1er janvier 2021.

Avec commodafrica

Advertisement

2 Commentaires

  1. Thank you a lot for providing individuals with an extraordinarily brilliant possiblity to read articles and blog posts from here. It’s usually very fantastic plus packed with a lot of fun for me personally and my office acquaintances to search your website on the least thrice in one week to see the newest guidance you will have. And lastly, I am always fascinated with the terrific things served by you. Certain 2 points in this posting are definitely the most beneficial we’ve had.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici