La Transition dirigée par le capitaine Ibrahim Traoré est censée prendre fin en juillet 2024, par l’organisation d’élections générales, conformément à la Charte de la Transition.

Les Assises nationales sont convoquées les 25 et 26 mai 2024, à Ouagadougou, rapporte un communiqué du ministre en charge de l’Administration territoriale, Emile Zerbo, lu à la télévision nationale, mardi soir.

Le ministre Zerbo a indiqué que les Assises permettront de « délibérer sur la suite à donner à la Transition dont la durée impartie par la Charte du 14 octobre 2022 court jusqu’au 1er juillet 2024 ».

Ces concertations réuniront les forces vives de la Nation, notamment les Forces de défense et de sécurité, les partis politiques et la société civile.

Les Forces vives « vont se rassembler, faire un bilan des mois écoulés et décider s’il faut donner une suite à la Transition. Ça sera à elles de décider de façon souveraine. Elles ont la possibilité, s’il y a lieu, d’apporter des modificatifs à la Charte, afin de donner un contour à la marche du pays après de le 02 juillet 2024 et de faire d’autres types d’amendements pour une amélioration de la future marche de notre pays », a expliqué Emile Zerbo.

Le 26 avril dernier, les députés de l’Assemblée législative de Transition ont adopté la loi portant organisation des Assises nationales.

Le samedi 11 mai 2024, des centaines de personnes ont manifesté dans plusieurs localités pour demander la prolongation de la Transition.

Le capitaine Traoré est arrivé au pouvoir en septembre 2022 suite à un coup d’Etat contre Paul-Henri Damiba, lui même tombeur de Roch Marc Kaboré huit mois plus tôt. Cette instabilité politique découle de l’insécurité qui s’est emparé d’une partie du Burkina depuis près de dix ans.

DS/ac/APA 

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici