Le second quinquennat du président Patrice Talon prend fin en 2026 et selon la constitution en vigueur, il ne peut plus briguer la magistrature suprême.

L’ancien président béninois Boni Yayi devenu chef du parti Les Démocrates est ferme, il n’y aura pas de troisième mandat pour Patrice Talon. Il a fait cette mise en garde le 1er janvier 2024 à son domicile, à Cotonou lorsque des militants de son parti sont venus échanger avec lui, les vœux de nouvel an.

« C’est l’occasion pour moi de déclarer solennellement à la face du monde et de l’opinion nationale, au nom de notre peuple et de notre Dieu, qu’il n’y aura jamais, ni un troisième mandat, ni un troisième mandat déguisé au Bénin », a averti Boni Yayi devant une foule de militants survoltés. Le président du parti Les Démocrates a appelé le peuple à se tenir prêt contre toute tentative de troisième mandat.

Avant d’en arriver à cette déclaration, celui qui est de fait, le chef de l’opposition béninoise a dressé un bilan sombre de gouvernance de son successeur Patrice Talon. Il a dénoncé une gouvernance qui ne fait preuve, « ni de compassion ni d’empathie envers des populations déjà en proie à des difficultés quotidiennes de subsistance ». M. Yayi a dénoncé une gouvernance émaillée de conflits d’intérêts et de corruption. Le chef du parti Les Démocrates a aussi fustigé une gouvernance de « ruse et de rage ». Le chef de l’opposition béninoise s’est aussi insurgé contre des modifications opportunistes de la constitution et des lois mettant en péril la démocratie.

Ces déclarations de Boni Yayi arrivent après une rencontre le 26 décembre entre les présidents d’institutions et le ministre de la justice Yvon Détchénou. A cette occasion, le président de l’Assemblée nationale Louis Vlavonou a appelé à une révision de la constitution. « Nous qui sommes ici, nous représentons la nation toute entière. Ce sont les institutions de la République et nous sommes comme, une assemblée constituante parce que ce qui se discute ici et ce qui se fait ici est au-delà de nos pauvres personnes. C’est la refonte totale de tout le système qui est en jeu », a déclaré M. Vlavonou.

Le Président Patrice Talon rappelle, à chaque fois qu’il en a l’occasion, qu’il ne compte pas briguer un troisième mandat. Faisant allusion à son dernier mandat lors d’un entretien avec la presse locale le président béninois a fait savoir que «tout a une fin». La constitution qui est en vigueur au Bénin dispose clairement que nul ne peut faire plus de deux mandats présidentiels dans sa vie.

Le Président Béninois qui est arrivé au pouvoir en avril 2016 doit passer la main en 2026.

RK/ac/APA

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici