Les déclarations de rejet se multiplient et s’enchaînent en Afrique. Des responsables catholiques africains sont contre la décision du Vatican d’autoriser la bénédiction des couples homosexuels en situation irrégulière. L’ occident, lui, reste encore peu bavard sur la question.

Le Nigeria, l’Ouganda, le Mozambique… aucun n’approuve la décision du Saint-Siège d’autoriser la bénédiction des couples en situation irrégulière y compris les couples de même sexe.

Dans des déclarations et au nom de leurs églises catholiques locales, les évêques et archevêques ont pris position. La décision du Vatican, engageant l’église catholique du monde entier, portant sur la déclaration ‘’Fiducia supplicans’’ pose problème. Elle crée des confusions dans le milieu chrétien catholique, disent-ils.

Il n’est pas question pour ces serviteurs de Dieu sur le continent africain de soutenir la décision.

Depuis le mercredi 27 décembre 2023, la liste des rejets de la déclaration du Saint-Siège s’est allongée. En Afrique de l’ouest, la Côte d’Ivoire s’est inscrite dans cette même veine. La conférence épiscopale nationale a signifié que la Fiducia supplicans’’ sème le « désarroi dans le peuple de Dieu ». L’appliquer serait donner une caution à une pratique contre nature et qui est proscrite par la religion.

« Nous ne pouvons occulter le risque de confusion et de scandale que pourrait générer la bénédiction des couples de même sexe au sein de notre église locale. Cela est d’autant plus justifier que les actes homosexuels sont désordonnés et sont surtout contraire à la loi naturelle », ont fait savoir les serviteurs de l’église catholique de Côte d’Ivoire à travers monseigneur Marcelin Kouadio Yao, le président la conférence épiscopale nationale.

Le lundi 18 décembre 2023, une décision du Vatican, engageant l’église catholique du monde entier, portant sur la déclaration ‘’Fiducia supplicans’’ a été rendue public. Elle est relative à une autorisation de bénir des couples en situation irrégulière et des couples de même sexe.

Depuis, la déclaration du Saint-Siège suscite des réactions, tant dans le milieu religieux que hors religion. Presque toutes vont dans le sens du rejet de cette décision.

« Aussi demandons-nous aux ministres ordonnés de s’abstenir des bénédictions des couples de même sexe et des couples en situation irrégulière », conclut monseigneur Marcelin Kouadio Yao.

À la différence des catholiques africains, les archevêques et évêques occidentaux ne se sont pas encore prononcé sur la décision du Vatican. Le silence est encore de mise sur la question.

Richard Yasseu

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici