Celui qui souhaite se présenter à la présidentielle avait déjà été condamné le 1ᵉʳ juin à deux ans de prison ferme pour « corruption de la jeunesse ».

Vous pouvez partager un article en cliquant sur les icônes de partage en haut à droite de celui-ci.
La reproduction totale ou partielle d’un article, sans l’autorisation écrite et préalable du Monde, est strictement interdite.
Pour plus d’informations, consultez nos conditions générales de vente.
Pour toute demande d’autorisation, contactez syndication@lemonde.fr.
En tant qu’abonné, vous pouvez offrir jusqu’à cinq articles par mois à l’un de vos proches grâce à la fonctionnalité « Offrir un article ».

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2023/07/28/au-senegal-l-opposant-ousmane-sonko-a-ete-arrete-selon-des-membres-de-son-parti_6183778_3212.html

L’opposant Ousmane Sonko a été arrêté vendredi 28 juillet à Dakar. Le procureur affirme qu’il fait l’objet d’une enquête pour « divers chefs de délits et crimes ». Dans un communiqué publié vendredi soir, le parquet estime que « depuis un certain temps », des « actes, déclarations, écrits, images, et manœuvres » de la part de l’opposant étaient « constitutifs de faits pénalement répréhensibles ». Il a également affirmé que M. Sonko avait « volé avec violence le téléphone portable d’une femme gendarme » et avait « aussitôt appelé le peuple, par un message subversif divulgué sur les réseaux sociaux, à se tenir prêt ».

Avant son arrestation, dans l’après-midi, M. Sonko avait déclaré sur les réseaux sociaux que les forces de sécurité présentes devant son domicile l’avaient filmé. Il a précisé avoir « personnellement arraché le téléphone et demandé [à l’une des gendarmes] de le déverrouiller et d’effacer les images qu’elle a prises », ce que cette dernière a refusé de faire.

« Je demande au peuple de se tenir prêt pour faire face à ces abus sans fin », a-t-il écrit en conclusion de son message. Un de ses avocats, Cheikh Koureyssi Ba, a précisé sur Facebook que son client était « gardé à vue pour vol de téléphone et appel à l’insurrection » et que l’interrogatoire avait déjà commencé.

Le parti de l’opposant, Pastef-Les Patriotes, qui a estimé que son président avait été arrêté « brutalement », a demandé sa « libération immédiate » et appelé les Sénégalais « à résister constitutionnellement contre ces abus et dérives tyranniques ».

« Ousmane Sonko vient d’être enfermé à la cave du Tribunal », avait auparavant écrit l’avocat français Juan Branco, qui défend l’opposant sénégalais, dans un message sur Twitter, rebaptisé « X ».

Déjà inéligible

Vendredi soir, plusieurs véhicules de police dont deux camions antiémeutes étaient garés devant le principal palais de justice de Dakar, ont vu des journalistes de l’Agence France-Presse (AFP). Ils ont ensuite quitté les lieux, sans qu’on sache où ils sont allés.

Service partenaire
Cours d’anglais en ligne avec Gymglish
Apprenez l’anglais en 10 minutes par jour avec des leçons ludiques et personnalisées
Découvrir

Des personnes se sont rassemblées devant le domicile à Dakar de M. Sonko, a constaté l’AFP. Les barrages de police qui y étaient installés depuis le 28 mai pour des raisons « d’ordre public et de sécurité nationale » avaient été levés lundi, le porte-parole du gouvernement sénégalais expliquant que l’opposant n’émettait plus d’« appels à l’insurrection ».

Ousmane Sonko a été condamné le 1er juin à deux ans de prison ferme dans une affaire de mœurs, un verdict qui le rend inéligible en l’état, soulignent ses avocats et des juristes. Sa condamnation a engendré début juin les troubles les plus graves depuis des années au Sénégal, qui ont fait 16 morts selon les autorités, une trentaine selon l’opposition.

Le porte-parole du gouvernement sénégalais, Abdou Karim Fofana, avait récemment dit que la décision d’arrêter ou non l’opposant revenait au procureur de la République. Le ministre de la justice avait affirmé juste après sa condamnation que M. Sonko pouvait être arrêté « à tout moment ».

L’opposant, investi candidat à la prochaine présidentielle par son parti, a par ailleurs été condamné le 8 mai à six mois de prison avec sursis à l’issue d’un procès en appel pour diffamation, une peine perçue là aussi comme le rendant inéligible. Mais il n’a pas encore épuisé ses recours devant la Cour suprême.

Ousmane Sonko dépeint le président Macky Sall comme un dictateur en puissance, tandis que les partisans du chef de l’Etat le qualifient d’agitateur qui sème l’instabilité. Macky Sall a annoncé début juillet qu’il ne briguerait pas un troisième mandat, après des mois d’ambiguïté à ce sujet.

Vous pouvez partager un article en cliquant sur les icônes de partage en haut à droite de celui-ci.
La reproduction totale ou partielle d’un article, sans l’autorisation écrite et préalable du Monde, est strictement interdite.
Pour plus d’informations, consultez nos conditions générales de vente.
Pour toute demande d’autorisation, contactez syndication@lemonde.fr.
En tant qu’abonné, vous pouvez offrir jusqu’à cinq articles par mois à l’un de vos proches grâce à la fonctionnalité « Offrir un article ».

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2023/07/28/au-senegal-l-opposant-ousmane-sonko-a-ete-arrete-selon-des-membres-de-son-parti_6183778_3212.html

L’opposant Ousmane Sonko a été arrêté vendredi 28 juillet à Dakar. Le procureur affirme qu’il fait l’objet d’une enquête pour « divers chefs de délits et crimes ». Dans un communiqué publié vendredi soir, le parquet estime que « depuis un certain temps », des « actes, déclarations, écrits, images, et manœuvres » de la part de l’opposant étaient « constitutifs de faits pénalement répréhensibles ». Il a également affirmé que M. Sonko avait « volé avec violence le téléphone portable d’une femme gendarme » et avait « aussitôt appelé le peuple, par un message subversif divulgué sur les réseaux sociaux, à se tenir prêt ».

Avant son arrestation, dans l’après-midi, M. Sonko avait déclaré sur les réseaux sociaux que les forces de sécurité présentes devant son domicile l’avaient filmé. Il a précisé avoir « personnellement arraché le téléphone et demandé [à l’une des gendarmes] de le déverrouiller et d’effacer les images qu’elle a prises », ce que cette dernière a refusé de faire.

« Je demande au peuple de se tenir prêt pour faire face à ces abus sans fin », a-t-il écrit en conclusion de son message. Un de ses avocats, Cheikh Koureyssi Ba, a précisé sur Facebook que son client était « gardé à vue pour vol de téléphone et appel à l’insurrection » et que l’interrogatoire avait déjà commencé.

Le parti de l’opposant, Pastef-Les Patriotes, qui a estimé que son président avait été arrêté « brutalement », a demandé sa « libération immédiate » et appelé les Sénégalais « à résister constitutionnellement contre ces abus et dérives tyranniques ».

« Ousmane Sonko vient d’être enfermé à la cave du Tribunal », avait auparavant écrit l’avocat français Juan Branco, qui défend l’opposant sénégalais, dans un message sur Twitter, rebaptisé « X ».

Déjà inéligible

Vendredi soir, plusieurs véhicules de police dont deux camions antiémeutes étaient garés devant le principal palais de justice de Dakar, ont vu des journalistes de l’Agence France-Presse (AFP). Ils ont ensuite quitté les lieux, sans qu’on sache où ils sont allés.

Service partenaire
Cours d’anglais en ligne avec Gymglish
Apprenez l’anglais en 10 minutes par jour avec des leçons ludiques et personnalisées
Découvrir

Des personnes se sont rassemblées devant le domicile à Dakar de M. Sonko, a constaté l’AFP. Les barrages de police qui y étaient installés depuis le 28 mai pour des raisons « d’ordre public et de sécurité nationale » avaient été levés lundi, le porte-parole du gouvernement sénégalais expliquant que l’opposant n’émettait plus d’« appels à l’insurrection ».

Ousmane Sonko a été condamné le 1er juin à deux ans de prison ferme dans une affaire de mœurs, un verdict qui le rend inéligible en l’état, soulignent ses avocats et des juristes. Sa condamnation a engendré début juin les troubles les plus graves depuis des années au Sénégal, qui ont fait 16 morts selon les autorités, une trentaine selon l’opposition.

Le porte-parole du gouvernement sénégalais, Abdou Karim Fofana, avait récemment dit que la décision d’arrêter ou non l’opposant revenait au procureur de la République. Le ministre de la justice avait affirmé juste après sa condamnation que M. Sonko pouvait être arrêté « à tout moment ».

L’opposant, investi candidat à la prochaine présidentielle par son parti, a par ailleurs été condamné le 8 mai à six mois de prison avec sursis à l’issue d’un procès en appel pour diffamation, une peine perçue là aussi comme le rendant inéligible. Mais il n’a pas encore épuisé ses recours devant la Cour suprême.

Ousmane Sonko dépeint le président Macky Sall comme un dictateur en puissance, tandis que les partisans du chef de l’Etat le qualifient d’agitateur qui sème l’instabilité. Macky Sall a annoncé début juillet qu’il ne briguerait pas un troisième mandat, après des mois d’ambiguïté à ce sujet.

Vous pouvez partager un article en cliquant sur les icônes de partage en haut à droite de celui-ci.
La reproduction totale ou partielle d’un article, sans l’autorisation écrite et préalable du Monde, est strictement interdite.
Pour plus d’informations, consultez nos conditions générales de vente.
Pour toute demande d’autorisation, contactez syndication@lemonde.fr.
En tant qu’abonné, vous pouvez offrir jusqu’à cinq articles par mois à l’un de vos proches grâce à la fonctionnalité « Offrir un article ».

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2023/07/28/au-senegal-l-opposant-ousmane-sonko-a-ete-arrete-selon-des-membres-de-son-parti_6183778_3212.html

L’opposant Ousmane Sonko a été arrêté vendredi 28 juillet à Dakar. Le procureur affirme qu’il fait l’objet d’une enquête pour « divers chefs de délits et crimes ». Dans un communiqué publié vendredi soir, le parquet estime que « depuis un certain temps », des « actes, déclarations, écrits, images, et manœuvres » de la part de l’opposant étaient « constitutifs de faits pénalement répréhensibles ». Il a également affirmé que M. Sonko avait « volé avec violence le téléphone portable d’une femme gendarme » et avait « aussitôt appelé le peuple, par un message subversif divulgué sur les réseaux sociaux, à se tenir prêt ».

Avant son arrestation, dans l’après-midi, M. Sonko avait déclaré sur les réseaux sociaux que les forces de sécurité présentes devant son domicile l’avaient filmé. Il a précisé avoir « personnellement arraché le téléphone et demandé [à l’une des gendarmes] de le déverrouiller et d’effacer les images qu’elle a prises », ce que cette dernière a refusé de faire.

« Je demande au peuple de se tenir prêt pour faire face à ces abus sans fin », a-t-il écrit en conclusion de son message. Un de ses avocats, Cheikh Koureyssi Ba, a précisé sur Facebook que son client était « gardé à vue pour vol de téléphone et appel à l’insurrection » et que l’interrogatoire avait déjà commencé.

Le parti de l’opposant, Pastef-Les Patriotes, qui a estimé que son président avait été arrêté « brutalement », a demandé sa « libération immédiate » et appelé les Sénégalais « à résister constitutionnellement contre ces abus et dérives tyranniques ».

« Ousmane Sonko vient d’être enfermé à la cave du Tribunal », avait auparavant écrit l’avocat français Juan Branco, qui défend l’opposant sénégalais, dans un message sur Twitter, rebaptisé « X ».

Déjà inéligible

Vendredi soir, plusieurs véhicules de police dont deux camions antiémeutes étaient garés devant le principal palais de justice de Dakar, ont vu des journalistes de l’Agence France-Presse (AFP). Ils ont ensuite quitté les lieux, sans qu’on sache où ils sont allés.

Service partenaire
Cours d’anglais en ligne avec Gymglish
Apprenez l’anglais en 10 minutes par jour avec des leçons ludiques et personnalisées
Découvrir

Des personnes se sont rassemblées devant le domicile à Dakar de M. Sonko, a constaté l’AFP. Les barrages de police qui y étaient installés depuis le 28 mai pour des raisons « d’ordre public et de sécurité nationale » avaient été levés lundi, le porte-parole du gouvernement sénégalais expliquant que l’opposant n’émettait plus d’« appels à l’insurrection ».

Ousmane Sonko a été condamné le 1er juin à deux ans de prison ferme dans une affaire de mœurs, un verdict qui le rend inéligible en l’état, soulignent ses avocats et des juristes. Sa condamnation a engendré début juin les troubles les plus graves depuis des années au Sénégal, qui ont fait 16 morts selon les autorités, une trentaine selon l’opposition.

Le porte-parole du gouvernement sénégalais, Abdou Karim Fofana, avait récemment dit que la décision d’arrêter ou non l’opposant revenait au procureur de la République. Le ministre de la justice avait affirmé juste après sa condamnation que M. Sonko pouvait être arrêté « à tout moment ».

L’opposant, investi candidat à la prochaine présidentielle par son parti, a par ailleurs été condamné le 8 mai à six mois de prison avec sursis à l’issue d’un procès en appel pour diffamation, une peine perçue là aussi comme le rendant inéligible. Mais il n’a pas encore épuisé ses recours devant la Cour suprême.

Ousmane Sonko dépeint le président Macky Sall comme un dictateur en puissance, tandis que les partisans du chef de l’Etat le qualifient d’agitateur qui sème l’instabilité. Macky Sall a annoncé début juillet qu’il ne briguerait pas un troisième mandat, après des mois d’ambiguïté à ce sujet.

L’opposant Ousmane Sonko a été arrêté vendredi 28 juillet à Dakar. Le procureur affirme qu’il fait l’objet d’une enquête pour « divers chefs de délits et crimes ». Dans un communiqué publié vendredi soir, le parquet estime que « depuis un certain temps », des « actes, déclarations, écrits, images, et manœuvres » de la part de l’opposant étaient « constitutifs de faits pénalement répréhensibles ». Il a également affirmé que M. Sonko avait « volé avec violence le téléphone portable d’une femme gendarme » et avait « aussitôt appelé le peuple, par un message subversif divulgué sur les réseaux sociaux, à se tenir prêt ».
Vous pouvez partager un article en cliquant sur les icônes de partage en haut à droite de celui-ci.
La reproduction totale ou partielle d’un article, sans l’autorisation écrite et préalable du Monde, est strictement interdite.
Pour plus d’informations, consultez nos conditions générales de vente.
Pour toute demande d’autorisation, contactez syndication@lemonde.fr.
En tant qu’abonné, vous pouvez offrir jusqu’à cinq articles par mois à l’un de vos proches grâce à la fonctionnalité « Offrir un article ».

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2023/07/28/au-senegal-l-opposant-ousmane-sonko-a-ete-arrete-selon-des-membres-de-son-parti_6183778_3212.html

Avant son arrestation, dans l’après-midi, M. Sonko avait déclaré sur les réseaux sociaux que les forces de sécurité présentes devant son domicile l’avaient filmé. Il a précisé avoir « personnellement arraché le téléphone et demandé [à l’une des gendarmes] de le déverrouiller et d’effacer les images qu’elle a prises », ce que cette dernière a refusé de faire.

« Je demande au peuple de se tenir prêt pour faire face à ces abus sans fin », a-t-il écrit en conclusion de son message. Un de ses avocats, Cheikh Koureyssi Ba, a précisé sur Facebook que son client était « gardé à vue pour vol de téléphone et appel à l’insurrection » et que l’interrogatoire avait déjà commencé.

Le parti de l’opposant, Pastef-Les Patriotes, qui a estimé que son président avait été arrêté « brutalement », a demandé sa « libération immédiate » et appelé les Sénégalais « à résister constitutionnellement contre ces abus et dérives tyranniques ».

« Ousmane Sonko vient d’être enfermé à la cave du Tribunal », avait auparavant écrit l’avocat français Juan Branco, qui défend l’opposant sénégalais, dans un message sur Twitter, rebaptisé « X ».

Déjà inéligible

Vendredi soir, plusieurs véhicules de police dont deux camions antiémeutes étaient garés devant le principal palais de justice de Dakar, ont vu des journalistes de l’Agence France-Presse (AFP). Ils ont ensuite quitté les lieux, sans qu’on sache où ils sont allés.

Service partenaire
Cours d’anglais en ligne avec Gymglish
Apprenez l’anglais en 10 minutes par jour avec des leçons ludiques et personnalisées
Découvrir

Des personnes se sont rassemblées devant le domicile à Dakar de M. Sonko, a constaté l’AFP. Les barrages de police qui y étaient installés depuis le 28 mai pour des raisons « d’ordre public et de sécurité nationale » avaient été levés lundi, le porte-parole du gouvernement sénégalais expliquant que l’opposant n’émettait plus d’« appels à l’insurrection ».

Ousmane Sonko a été condamné le 1er juin à deux ans de prison ferme dans une affaire de mœurs, un verdict qui le rend inéligible en l’état, soulignent ses avocats et des juristes. Sa condamnation a engendré début juin les troubles les plus graves depuis des années au Sénégal, qui ont fait 16 morts selon les autorités, une trentaine selon l’opposition.

Le porte-parole du gouvernement sénégalais, Abdou Karim Fofana, avait récemment dit que la décision d’arrêter ou non l’opposant revenait au procureur de la République. Le ministre de la justice avait affirmé juste après sa condamnation que M. Sonko pouvait être arrêté « à tout moment ».

L’opposant, investi candidat à la prochaine présidentielle par son parti, a par ailleurs été condamné le 8 mai à six mois de prison avec sursis à l’issue d’un procès en appel pour diffamation, une peine perçue là aussi comme le rendant inéligible. Mais il n’a pas encore épuisé ses recours devant la Cour suprême.

Ousmane Sonko dépeint le président Macky Sall comme un dictateur en puissance, tandis que les partisans du chef de l’Etat le qualifient d’agitateur qui sème l’instabilité. Macky Sall a annoncé début juillet qu’il ne briguerait pas un troisième mandat, après des mois d’ambiguïté à ce sujet.

Avant son arrestation, dans l’après-midi, M. Sonko avait déclaré sur les réseaux sociaux que les forces de sécurité présentes devant son domicile l’avaient filmé. Il a précisé avoir « personnellement arraché le téléphone et demandé [à l’une des gendarmes] de le déverrouiller et d’effacer les images qu’elle a prises », ce que cette dernière a refusé de faire.

« Je demande au peuple de se tenir prêt pour faire face à ces abus sans fin », a-t-il écrit en conclusion de son message. Un de ses avocats, Cheikh Koureyssi Ba, a précisé sur Facebook que son client était « gardé à vue pour vol de téléphone et appel à l’insurrection » et que l’interrogatoire avait déjà commencé.

Le parti de l’opposant, Pastef-Les Patriotes, qui a estimé que son président avait été arrêté « brutalement », a demandé sa « libération immédiate » et appelé les Sénégalais « à résister constitutionnellement contre ces abus et dérives tyranniques ».

« Ousmane Sonko vient d’être enfermé à la cave du Tribunal »avait auparavant écrit l’avocat français Juan Branco, qui défend l’opposant sénégalais, dans un message sur Twitter, rebaptisé « X ».

Déjà inéligible

Vendredi soir, plusieurs véhicules de police dont deux camions antiémeutes étaient garés devant le principal palais de justice de Dakar, ont vu des journalistes de l’Agence France-Presse (AFP). Ils ont ensuite quitté les lieux, sans qu’on sache où ils sont allés.

Des personnes se sont rassemblées devant le domicile à Dakar de M. Sonko, a constaté l’AFP. Les barrages de police qui y étaient installés depuis le 28 mai pour des raisons « d’ordre public et de sécurité nationale » avaient été levés lundi, le porte-parole du gouvernement sénégalais expliquant que l’opposant n’émettait plus d’« appels à l’insurrection ».

Ousmane Sonko a été condamné le 1er juin à deux ans de prison ferme dans une affaire de mœurs, un verdict qui le rend inéligible en l’état, soulignent ses avocats et des juristes. Sa condamnation a engendré début juin les troubles les plus graves depuis des années au Sénégal, qui ont fait 16 morts selon les autorités, une trentaine selon l’opposition.

Le porte-parole du gouvernement sénégalais, Abdou Karim Fofana, avait récemment dit que la décision d’arrêter ou non l’opposant revenait au procureur de la République. Le ministre de la justice avait affirmé juste après sa condamnation que M. Sonko pouvait être arrêté « à tout moment ».

L’opposant, investi candidat à la prochaine présidentielle par son parti, a par ailleurs été condamné le 8 mai à six mois de prison avec sursis à l’issue d’un procès en appel pour diffamation, une peine perçue là aussi comme le rendant inéligible. Mais il n’a pas encore épuisé ses recours devant la Cour suprême.

Ousmane Sonko dépeint le président Macky Sall comme un dictateur en puissance, tandis que les partisans du chef de l’Etat le qualifient d’agitateur qui sème l’instabilité. Macky Sall a annoncé début juillet qu’il ne briguerait pas un troisième mandat, après des mois d’ambiguïté à ce sujet.

Le Monde avec AFP

Advertisement

3 Commentaires

  1. The subsequent time I learn a weblog, I hope that it doesnt disappoint me as much as this one. I mean, I do know it was my option to learn, but I actually thought youd have one thing interesting to say. All I hear is a bunch of whining about something that you might fix when you werent too busy searching for attention.

  2. Hi just wanted to give you a brief heads up and let you know a few of the pictures aren’t loading correctly. I’m not sure why but I think its a linking issue. I’ve tried it in two different browsers and both show the same outcome.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici