Des Nigériens ont exprimé ce dimanche 25 février leur satisfaction après la levée, la veille, des lourdes sanctions économiques et financières prises par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao).

« Nous sommes très contents de la levée de l’embargo (…) pour nous c’est comme un jour de fête, car tout va revenir à la normale », exulte Abdoul Aziz Issoufou, commerçant au Grand marché de Niamey, poumon économique de la capitale nigérienne.

« Le mois de Ramadan arrive (mi-mars), on espère une baisse des prix des produits de première nécessité, alors riches et pauvres pourront trouver de quoi nourrir leur famille », ajoute t-il.

Selon Eric Daniel, un habitant de Niamey, « la levée des sanctions est une très bonne chose » pour ce pays d’environ 26 millions d’habitants, majoritairement musulman.

Désormais, « tous les Nigériens doivent travailler en symbiose » avec « les alliés », les pays de la Cedeao, qui on été un peu durs avec nous », estime-t-il.

« Attendu par une grande majorité de Nigériens »

A Tahoua, la nouvelle a été accueillie par des coups de klaxons, des parades à motos et en voiture.

« La levée des sanctions était attendue par une grande majorité de Nigériens », se réjouit l’économiste Hima Garba. Mais aussi par les populations des pays voisins, comme le Nigeria et le Bénin, avec qui les échanges commerciaux sont nombreux.

Cependant, il n’oublie pas que les frontières du Niger sont en proie au banditisme et aux attaques jihadistes, auxquels le pays est confronté sur plusieurs parties de son territoire.

Après un sommet samedi à Abuja, les chefs d’État des pays membres la Cedeao ont décidé « de lever avec effet immédiat » les plus lourdes sanctions qu’ils avaient imposées le 30 juillet dernier au Niger, quatre jours après la prise du pouvoir à Niamey par un régime militaire qui a renversé le président élu Mohamed Bazoum.

Cela implique donc la réouverture des frontières et de l’espace aérien nigérien, la reprise des transactions financières entre les pays de la Cedeao et le Niger et le dégel des avoirs de l’État nigérien : une décision justifiée par des raisons humanitaires, a annoncé l’organisation.

Ces sanctions régionales ont durement éprouvé le Niger, où le taux de pauvreté extrême dépasse les 40% selon la Banque mondiale.

(Avec AFP)

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici