Au même moment, l’Union africaine a annoncé tenir une réunion à Addis-Abeba, en Ethiopie, pour discuter de « l’évolution de la situation et des efforts pour y remédier »

Le Niger est en mesure de « surmonter » les sanctions imposées à la suite du coup d’Etat, a assuré lundi 14 août le premier ministre nommé par le régime militaire à Niamey, au moment où l’Union africaine (UA) a annoncé se réunir à Addis-Abeba.

« Nous pensons que, même s’il s’agit d’un défi injuste qui nous a été imposé, nous devrions être en mesure de le surmonter. Et nous le surmonterons », a déclaré au média public allemand Deutsche Welle le chef du gouvernement des militaires, Ali Mahamane Lamine Zeine, à propos des mesures prises par la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao).

Le Nigeria et la Cedeao sont des partenaires importants, a-t-il également assuré : « Nous avons un grand intérêt à préserver cette relation importante et historique et à faire en sorte que la Cedeao travaille d’abord sur des questions purement économiques ». Il met cependant en garde : « Si nous constations que le principe politique et militaire passe au premier plan, à la place de cette solidarité économique, ce serait très regrettable.

Le régime militaire a dénoncé dimanche, dans un communiqué, « les sanctions illégales, inhumaines et humiliantes de la Cedeao », prises lors d’un sommet de l’organisation, le 30 juillet, au cours duquel avait aussi été fixé un ultimatum de sept jours pour rétablir l’ordre constitutionnel, sous peine d’un recours à la force – non appliqué.

Suspension des transactions financières

Pendant ce sommet, les Etats ouest-africains ont annoncé entre autres la suspension des transactions financières et commerciales avec le Niger, dépendant économiquement et énergétiquement de pays étrangers.

Ces sanctions « vont jusqu’à priver le pays de produits pharmaceutiques, de denrées alimentaires » et de « fourniture en courant électrique », ont déploré les militaires dans leur communiqué lu à la télévision nationale.

Lundi également, le Conseil de paix et sécurité, organe chargé des conflits et des questions de sécurité au sein de l’Union africaine (UA), a annoncé tenir une réunion à Addis-Abeba, en Ethiopie, pour discuter de « l’évolution de la situation au Niger et des efforts pour y remédier ».

Cette réunion se tient après le report samedi d’une rencontre des chefs d’état-major de la Cedeao, qui visait à faire part aux dirigeants « des meilleures options » à la suite de leur décision d’activation de leur force d’intervention pour rétablir le président Mohamed Bazoum renversé le 26 juillet.

Le calendrier et les modalités d’une éventuelle intervention militaire ouest-africaine n’ont pas été dévoilés. Les dirigeants de la Cedeao avaient toutefois réaffirmé privilégier la voie diplomatique pour une résolution de la crise.

De leur côté, les auteurs du coup d’Etat soufflent le chaud et le froid, se déclarant d’abord ouverts à la négociation selon une médiation nigériane en visite à Niamey ce week-end, puis annonçant ensuite vouloir poursuivre pour « haute trahison » le président renversé. Pour la Cedeao, cette menace constitue une nouvelle « provocation » des autorités militaires de Niamey.

Dans la même journée, la Cour d’appel de Niamey a « annulé » la condamnation à neuf mois de prison d’un dirigeant d’une coalition soutenant le régime militaire. Abdoulaye Seydou était écroué depuis sept mois pour une affaire liée à une attaque djihadiste.

Avec Le Monde et AFP

Advertisement

3 Commentaires

  1. Have you ever thought about including a little bit more than just your articles? I mean, what you say is valuable and all. But think about if you added some great images or videos to give your posts more, « pop »! Your content is excellent but with pics and clips, this site could definitely be one of the best in its niche. Amazing blog!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici