La doctrine Sonko-Diomaye répercutée en Côte-d’Ivoire dans 18 petits mois, pour un changement radical, mais constitutionnel, de personnel politique dans les urnes ? L’élection présidentielle de 2025 en Côte d’Ivoire suscite un appel à une nouvelle génération de leaders pour rompre avec le passé politique marqué par la corruption et le tribalisme. M. Assalé sera-t-il candidat ?

Abidjan, Côte d’Ivoire, (crocinfos.net)—L’élection présidentielle de 2025 était au cœur des échanges lors d’une rencontre entre le conférencier, Assala Tiémoko Antoine, et les journalistes à Abidjan le 11 avril 2024. Pour répondre à la préoccupation d’un confrère, M. Assalé a indiqué que le président Alassane Ouattara a souligné dans une interview l’importance de voir émerger des candidats plus jeunes pour cette élection, marquant ainsi un tournant dans la politique ivoirienne. Sans toutefois exprimer clairement s’il sera candidat ou pas.

Pour Assalé Tiémoko Antoine, cette élection représente un moment crucial dans la vie politique du pays, symbolisant le début de la fin d’un cycle marqué par plus de trois décennies de crises et de violence. Il appelle à un leadership nouveau, capable de s’attaquer aux maux qui ont entravé le développement de la nation, tels que la corruption et le tribalisme.

‘’2025 représente donc un tournant décisif pour la Côte d’Ivoire, où chaque acteur politique est appelé à négocier avec sagesse et responsabilité pour éviter une nouvelle escalade de violence. Outre l’élection présidentielle, de nouvelles élections législatives auront également lieu, marquant ainsi un renouvellement des représentants du peuple.’’

En soulignant l’importance de l’élection présidentielle pour la démocratie, il met en avant la nécessité pour les citoyens de choisir des dirigeants porteurs de valeurs et de projets novateurs. Il appelle à un changement en profondeur de la société, avec un leadership prêt à déclarer la guerre à la corruption et à la mauvaise gouvernance.

2025 représente donc un tournant décisif pour la Côte d’Ivoire, où chaque acteur politique est appelé à négocier avec sagesse et responsabilité pour éviter une nouvelle escalade de violence. Outre l’élection présidentielle, de nouvelles élections législatives auront également lieu, marquant ainsi un renouvellement des représentants du peuple.

Assala Tiémoko Antoine conclut en soulignant l’importance de sensibiliser les citoyens à l’importance de la démocratie et du changement politique, tout en reconnaissant les défis qui les attendent dans un contexte où certains cherchent à maintenir leur pouvoir au détriment du progrès.

La transition vers un leadership nouveau en Côte d’Ivoire ne sera pas facile, mais elle est nécessaire pour construire un avenir meilleur, débarrassé des démons du passé politique. Assalé Tiémoko Antoine sera-t-il candidat ? La question attend toujours une réponse.

Kangah Athanase

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici