(Agence Ecofin) – Les Africains extrêmement fortunés ont vu leur patrimoine cumulé reculer en 2022 avec la hausse des coûts des importations, le resserrement des conditions de financement et la dépréciation des monnaies locales par rapport au dollar américain.  

En Afrique, les ultra-riches, ceux ayant un patrimoine minimum de 30 millions USD, sont devenues moins nombreuses et moins fortunées en 2022 selon un rapport publié le 6 septembre par le cabinet de recherche singapourien Wealth-X.

Intitulé « World Ultra Wealth Report 2023 », ce rapport révèle que le nombre de ces individus africains, que les gestionnaires de patrimoine appellent dans leur jargon les « Ultra high net worth individuals » (UHNWI), s’est limité à 3 020 personnes fin décembre 2022, enregistrant ainsi une baisse de 4,4% en glissement annuel.

Ces Africains extrêmement fortunés ont également vu leur patrimoine cumulé baisser de 3,9% en 2022, à 360 milliards USD, en raison notamment de la hausse des coûts des importations, du resserrement des conditions de financement et de la dépréciation des monnaies locales par rapport au dollar américain. Cette fortune cumulée ne représente que moins de 1% des avoirs détenus par l’ensemble des UHNWI à l’échelle mondiale.

Le rapport ne prend pas cependant en compte les fortunés relevant de ce que les experts appellent l’économie cachée, non-officielle ou encore souterraine, à l’instar des grands propriétaires terriens, des riches chefs religieux, des barons de la contrebande ou encore des pasteurs nomades possédant de gigantesques troupeaux de dromadaires.

A l’échelle mondiale, la population des individus extrêmement fortunés a baissé de 5,4% en 2022 pour s’établir à 395 070 individus. Le patrimoine cumulé des ultra-riches dans le monde a de son côté chuté de 5,5%, à 45 400 milliards USD.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici