Du Sahel à Dubaï : les routes de l’or sale-Des mines artisanales maliennes et ivoiriennes aux gratte-ciel de DUBAI

0
67

Le nombre de mines artisanales augmente dans le Sahel car les zones d’orpaillage échappent au contrôle des États. Le Mali s’impose peu à peu comme le principal centre d’achat d’or des pays sahéliens, tandis que Dubaï est devenu la principale destination de la production d’or artisanal. Des fonderies discrètes de Bamako au marché de l’or de Dubaï, en passant par les mines artisanales ivoiriennes, Caroline Dumay a enquêté sur ce secteur aurifère mondial qui change de visage.

En fermant les yeux sur l’origine des lingots qui arrivent sur leur territoire, les Émirats arabes unis sont pointés du doigt. Différentes institutions internationales, telle que l’OCDE, demandent des régulations bien plus strictes. Car le boom aurifère des régions sahéliennes suscite la convoitise croissante des groupes armés, dont des jihadistes.

Cette enquête journalistique, menée pendant plus d’une année dans plusieurs pays africains, est partie d’un fait presque divers : l’arrestation de mules franco-malgaches à l’aéroport de Johannesburg en décembre 2020, avec plus de 73 kilogrammes d’or dans leurs bagages. L’auteure de ce documentaire a alors cherché à comprendre à qui appartenait cet or. Elle signe ce film en collaboration avec Stefan Carstens, Graham Walsh et Damien Koffi, ainsi que Walid Ag Menani et Anne-Fleur Lespiaut qui ont réalisé des images exclusives des fonderies du grand marché de Bamako et de la mine d’Intahaka dans le nord du Mali. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here