La Russie claque la porte du G20

0
72

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a quitté la réunion des ministres des Affaires étrangères du G20, réunis à Bali, avant même la fin des débats. Face aux critiques occidentales sur la guerre en Ukraine, le ministre russe a préféré jeter l’éponge, reprochant aux Occidentaux de gâcher une occasion d’aborder les questions économiques mondiales par leurs critiques du conflit.

Isolé de ses partenaires des pays membres du G20, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a fini par jeter l’éponge. Avant même la fin des discussions des ministres rassemblés à Bali, sous présidence indonésienne, il a quitté les débats . Face aux critiques de ses partenaires à propos de la guerre que son pays mène en Ukraine, Sergueï Lavrov a accusé les Occidentaux de gâcher une occasion d’aborder les questions économiques mondiales par leurs critiques « frénétiques » du conflit.

Dès son arrivée, des slogans ont fusé. « Quand mettrez-vous fin à la guerre ? ». « Pourquoi n’arrêtez-vous pas la guerre ? » : le chef de la diplomatie russe a été pris à partie alors qu’il saluait son homologue indonésienne, Retno Marsudi. « Agresseurs », « envahisseurs », « occupants » – nous avons entendu beaucoup de choses aujourd’hui », a indiqué le ministre russe aux journalistes après la première séance de discussions. « Nos partenaires occidentaux cherchaient à éviter de parler des questions économiques mondiales. Dès qu’ils prenaient la parole, ils se lançaient presque tout de suite dans une critique effrénée de la Russie sur la situation en Ukraine, en nous qualifiant d’agresseurs », a-t-il regretté.

Avant son départ, Sergueï Lavrov a séché une session au cours de laquelle son homologue ukrainien, Dmytro Kuleba, s’est exprimé en ligne et a quitté les lieux lorsque son homologue allemande Annalena Baerbock a critiqué la politique de Moscou au sujet de la guerre en Ukraine. Regrettant ce départ précipité, la ministre allemande n’a pas manqué de souligner que la Russie n’est « pas intéressée » par un dialogue avec le G20.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here