Energies vertes : vers un bond des investissements européens en Afrique suite au conflit Ukraine-Russie ?

0
164

Alors que le conflit russo-ukrainien ne donne encore aucun signe de fin, le vice-président de la Banque européenne d’investissement (BEI), Ambroise Fayolle, recommande que l’Union européenne (UE) casse sa tirelire dans les énergies vertes en Afrique.

« Il y a de gros points d’interrogation sur ce que devrait être la stratégie européenne dans toutes nos institutions à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie », a confié Ambroise Fayolle, vice-président de la Banque européenne d’investissement (BEI), dans un entretien avec Reuters. S »exprimant en marge du Forum africain de l’énergie qui s’est tenu à Bruxelles ce mardi, il estime à cet effet que l’Union européenne devrait « accroître ses investissements dans les énergies renouvelables en Afrique pour atténuer la crise énergétique mondiale ».

Par énergies vertes, le leader européen entend, les énergies solaire, éolienne et hydrogène, à un moment où les problématiques liées aux changements climatiques préoccupent à l’échelle mondiale.

Pas d’investissements dans les énergies fossiles

Fayolle a cependant souligné que la BEI ne misera pas dans les énergies fossiles sur le continent, afin de « sauvegarder les objectifs climatiques ». Il confirme une nouvelle fois l’engagement pris par une vingtaine d’institutions lors de la COP de Glasgow de mettre progressivement un terme aux investissements dans les énergies fossiles en Afrique à compter de fin 2022.

Les énergies renouvelables figurent parmi les principaux secteurs sélectionnés dans la nouvelle stratégie globale d’investissement de l’UE dans le monde à l’horizon 2027, baptisé « Global Gateway » et dont 50% des fonds -soit 150 milliards d’euros- seront exclusivement alloués au continent africain. Au-delà, Ambroise Fayolle veut donc que la feuille de route spécifique aux énergies soit revue

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here