Résultats Législatives: Éric Zemmour éliminé dès le premier tour

0
68

Cette fois encore, ça ne passe pas pour Éric Zemmour. Recalé au premier tour de l’élection présidentielle, le fondateur de Reconquête! ne fait pas mieux au premier tour des élections législatives ce dimanche 12 juin, en recueillant 22,8% des voix dans la 4e circonscription du Var (mais moins de 12,5% des inscrits qui lui auraient permis d’espérer une triangulaire). Une nouvelle gifle électorale pour l’ancien journaliste, qui misait sur ce scrutin pour se relancer. 

Quant au candidat RN Philippe Lottiaux, qui avait déjà tenté sa chance dans cette circonscription où Marine Le Pen avait obtenu 32,2% des voix au premier tour de l’élection présidentielle, il a obtenu 25,4% des voix. Sereine Mauborgne, députée sortante LREM, arrive à la première place avec 28,2% des voix. 

Un scénario noir pour Éric Zemmour, qui reflète l’état de son parti à l’échelle nationale. Sur l’ensemble du territoire, Reconquête! recueille péniblement entre 3,5% et 4% des suffrages très loin de la NUPES de Jean-Luc Mélenchon (26%) ou du Rassemblement national de Marine Le Pen (19%).

Pire pour le candidat d’extrême droite, ses principales têtes d’affiche, de l’identitaire Damien Rieu à l’ancien LR Guillaume Peltier en passant par le jeune Stanislas Rigault, ont tous été balayés au premier tour. Sauf surprise, Reconquête ne comptera aucun député la semaine prochaine. 


Éric Zemmour ne reprendra pas son rôle d’éditorialiste pour CNews et le Figaro

Le polémiste d’extrême droite n’a pas prévu de revenir dans les médias, préférant consacré son temps à son parti Reconquête.

Candidat défait à la présidentielle et aux législatives, Eric Zemmour ne retravaillera pas comme éditorialiste pour CNews ou le Figaro, a indiqué son entourage lundi à l’AFP, confirmant des propos de la journaliste Christine Kelly.

″Éric Zemmour souhaite continuer le combat politique au sein de son parti Reconquête dont il est président”, a déclaré à l’AFP son entourage, précisant qu’un retour chez ses anciens employeurs n’était “pas dans ses projets”.

Invitée du “Buzz TV”, une émission en ligne du Figaro, la présentatrice de l’émission de CNews “Face à l’info”, Christine Kelly, a la première réfuté un éventuel retour à l’antenne de son ancien chroniqueur vedette.

“Il avait toujours dit qu’il passerait à autre chose”, a-t-elle expliqué, répondant à la question d’un internaute. “Cela fait neuf mois qu’il a quitté l’antenne avec nous, six mois qu’il est candidat, maintenant il est passé à autre chose”, a-t-elle ajouté. 

“Là, il commence seulement sa vie en tant qu’homme politique (…) tout peut arriver mais ce n’est pas prévu”, a-t-elle ajouté.

Écarté de l’antenne après son engagement politique

Locomotive des audiences de CNews depuis 2019, le polémiste d’extrême droite a été écarté de l’émission “Face à l’info” en septembre 2021 en raison du décompte de son temps de parole alors imposé par le CSA, qui l’a considéré comme une personnalité politique avant l’officialisation de sa candidature à la présidentielle, fin novembre. 

En septembre, l’ancien journaliste avait annoncé l’arrêt de ses chroniques pour le Figaro et le Figaro Magazine le temps de la promotion de son dernier livre.

Très médiatisé, le candidat identitaire de 63 ans a terminé la course à la présidentielle avec 7,07% des voix dès le premier tour, comme pour les législatives, où il a été éliminé dimanche dans la 4e circonscription du Var avec 23,19% des voix, à 1,5 point du candidat RN.

Le polémiste a été plusieurs fois condamné pour provocation à la haine, notamment pour ses propos sur les mineurs isolés, qualifiés sur CNews de “voleurs”, “assassins”, “violeurs” qui ont également valu une amende de 200.000 euros infligée à la chaîne par le CSA. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here