Tuerie au Texas: Le coup de gueule de ce sénateur traduit l’impuissance politique des démocrates

0
59

Dans un discours vibrant, Chris Murphy, qui a fait de la lutte contre les armes l’un de ses principaux combats après la tuerie de Newtown, en 2012, a appelé les élus républicains à agir.

ÉTATS-UNIS – “Que faisons-nous?” Cette question, le sénateur démocrate Chris Murphy l’a répétée encore et encore sur le “floor” -l’hémicycle du Sénat à Washington-, ce mardi 24 mai. “Quelques jours après qu’un tireur soit entré dans un supermarché [à Buffalo] pour s’en prendre à des Afro-Américains, nous avons un autre Sandy Hook sur les mains.

Lire aussi: Fusillade au Texas : les Etats-Unis s’entre-tuent, le Parti républicain regarde ailleurs

“Sandy Hook”, ce nom suscite encore l’effroi aux États-Unis. En décembre 2012, un déséquilibré de 20 ans, Adam Lanza, tue 20 enfants âgés de 6 et 7 ans scolarisés au sein de l’école primaire Sandy Hook, à Newport, au Connecticut. Depuis, Chris Murphy, élu de cet État, a fait de la régulation de la vente des armes à feu le combat de sa vie.

“Plus de tueries de masse que de jours dans une année”

Alors que l’histoire se répète à Uvalde, son émotion était forte face à ses collègues républicains. “Il y a plus de tueries de masse que de jours dans une année”, a lancé Chris Murphy, dépité. “Cela n’arrive que dans ce pays, et nulle part ailleurs. Dans aucun autre pays, les enfants vont à l’école en pensant qu’ils pourraient se faire tirer dessus […]. Et c’est un choix si nous laissons cela se reproduire.”

“Je suis ici pour supplier, pour littéralement supplier mes collègues: travaillons ensemble pour faire passer une loi afin que ceci ait moins de probabilité de se reproduire”, a ajouté l’élu. “Je sais que mes collègues républicains ne seront pas d’accord avec la totalité de ce que je proposerai, mais nous pouvons trouver un dénominateur commun, un endroit où nous pourrons trouver un accord.”

Majorité réduite

Car c’est bien le nœud du problème. Pour faire voter des lois encadrant la vente des armes à feu, les obstacles sont nombreux, à commencer par la nécessité d’une forte majorité au Congrès. Or la majorité démocrate au Sénat ne tient qu’à une voix et, sur cette question, une écrasante majorité des élus républicains sont de fervents défenseurs du 2e amendement de la Constitution américaine, qui prévoit que “le droit du peuple à détenir et porter des armes ne sera pas enfreint”.

Leurs campagnes sont par ailleurs largement financées par le lobby des armes, la National Rifle Association (NRA), qui achète ainsi leur opposition à toute mesure restreignant l’achat d’armes. Après Sandy Hook, l’administration Obama avait ainsi échoué à faire adopter des textes visant à étendre les vérifications des antécédents et à encadrer les armes semi-automatiques.

C’est la raison pour laquelle l’appel aux élus d’opposition a été passé au plus haut sommet de l’État. “Nous devons trouver le courage d’agir”, a plaidé la vice-présidente Kamala Harris, avant que Joe Biden ne demande à “tous les élus de ce pays” d’agir. Et de tacler “ceux qui empêchent ou repoussent ou bloquent des lois de bon sens sur les armes à feu”.

Mais même dans l’éventualité, très improbable, d’une loi encadrant les armes, la Cour suprême veillerait à sa conformité avec le 2e amendement de la Constitution. Or, la Cour suprême remodelée par Donald Trump a fait de cette instance un repaire conservateur, comme le montre l’actuel débat sur l’avortement.

“Complice”

Dans l’hémicycle, l’autre sénateur du Connecticut, le démocrate Richard Blumenthal, a été beaucoup plus offensif à l’égard des élus républicains, accusant ses homologues d’être “complices” de ces tueries de masses. Si l’on ne pourra pas complètement éviter les tueries de masse, “réduire la violence par armes à feu demande une action”, a plaidé l’élu.

“En agissant, nous cesserions enfin d’envoyer ce message silencieux d’approbation des tueurs […] qui voient que les plus hauts responsables de ce pays ne font rien, tuerie après tuerie”, a tenté de convaincre Chris Murphy. “Que faisons-nous?”

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here