Côte d’Ivoire : « Jean-Louis Gasset devient le nouveau sélectionneur des Eléphants »

0
67

Le Français de 68 ans a été choisi pour succéder à Patrice Beaumelle, annonce le nouveau président de la Fédération ivoirienne de football, Idriss Diallo.

L’homme d’affaires Idriss Diallo a été élu pour quatre ans président de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF), le 20 avril. En exclusivité pour Le Monde Afrique, il annonce pourquoi il a choisi Jean-Louis Gasset, 68 ans, comme sélectionneur pour succéder à Patrice Beaumelle. « Il fallait tourner la page et repartir avec un nouveau staff technique et un nouveau projet », précise le dirigeant. Il a également répondu aux questions sur la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2023, que la Côte d’Ivoire va organiser.

Pourquoi ce choix ?

Idriss Diallo Il y a quelques mois, il avait déclaré vouloir entraîner une sélection africaine. Son profil correspond à ce que nous recherchions. Il est expérimenté, il a travaillé dans plusieurs clubs français en tant que numéro 1 (Montpellier, Caen, Istres, Saint-Etienne, Bordeaux), mais aussi comme adjoint de Laurent Blanc quand celui-ci était sélectionneur de l’équipe de France.

Il a montré lors de nos échanges qu’il était très motivé. Il a signé un contrat d’un an, renouvelable un an si nous réussissons la CAN que nous organiserons, ce qui signifie atteindre au minimum les demi-finales, et idéalement la gagner. Il sera assisté d’Emerse Faé (44 ans), un ancien international ivoirien.

Antoine Kombouaré, l’entraîneur du FC Nantes, faisait, comme Jean-Louis Gasset, partie de vos priorités…

Oui. C’est un très bon coach, qui a gagné la Coupe de France avec son club et qui présentait également le bon profil. Il y a eu des discussions entre nous, il était très intéressant mais, malheureusement, toutes les conditions n’étaient pas réunies, puisqu’il est sous contrat avec son club jusqu’au 30 juin 2023 et a décidé de rester à Nantes.

La Côte d’Ivoire organisera la prochaine CAN, normalement en juin et juillet 2023. Mais depuis plusieurs mois, on évoque un changement de calendrier. Qu’en est-il ?

Il y a quelques jours, j’étais en Namibie, à l’occasion du congrès de la Cosafa (une association des fédérations d’Afrique australe). J’y ai rencontré Patrice Motsepe, le président de la Confédération africaine de football (CAF), et son secrétaire, Véron Mosengo-Omba. Ils ne m’ont pas du tout parlé d’un éventuel changement de dates. A ce jour, il n’y a pas de raisons de supposer que la compétition n’aura pas lieu aux dates données par la CAF.

Mais la Côte d’Ivoire sera-t-elle prête ?

Je peux vous assurer que l’Etat ivoirien déploie de gros moyens pour que toutes les infrastructures soient prêtes. Et le premier ministre, Patrick Achi, suit de très près l’avancée de tous les travaux. Au niveau des stades, les travaux sont soit terminés, soit très bien avancés. La preuve, la Côte d’Ivoire accueillera le 3 juin la Zambie au nouveau stade de Yamoussoukro. Et en septembre, le match face aux Comores aura également lieu en province, dans un stade retenu pour la CAN. Nous serons prêts : les Ivoiriens attendent avec beaucoup d’impatience une compétition que leur pays n’a plus organisée depuis 1984.

Revenons à votre élection. Lors de la campagne, Didier Drogba apparaissait comme un favori. L’ancien capitaine des Eléphants était-il le président que beaucoup d’Ivoiriens souhaitaient ?

Je ne souhaite pas trop parler du passé. L’élection, qui a été reportée plusieurs fois, s’est déroulée dans de bonnes conditions et de manière transparente. Ce qui m’intéresse, c’est l’avenir. Lors de la campagne, j’avais dit que si j’étais élu, je proposerais à mes deux adversaires, Didier Drogba et Sory Diabaté, de travailler avec moi. Je n’ai pas changé d’avis. Il y a beaucoup de choses à faire pour le bien du football ivoirien et je souhaite les associer à ce projet. Désormais, j’attends leur retour.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Didier Drogba échoue à se hisser à la tête du football ivoirien

Comme vous l’avez dit, il y a beaucoup à faire pour sortir le football ivoirien de la crise dans laquelle il s’est englué ces dernières années. Quelles sont vos priorités ?

Je veux insister sur la nécessité de bonne gouvernance. On se doit d’être irréprochable. Les finances de la fédération ne sont pas reluisantes. Je veux que chaque franc qui sorte de ses caisses soit utilisé dans le seul objectif de servir le football de mon pays. On va donc améliorer le budget de fonctionnement de la FIF d’année en année, mais de manière raisonnable. Nos sources de financement sont actuellement le sponsoring, les aides de la FIFA et celles de l’Etat.

Nous allons prochainement annoncer l’arrivée de nouveaux sponsors. J’y travaille depuis un certain temps. J’ai également rencontré une délégation de la FIFA à Abidjan. Mais il y a d’autres urgences. Nous allons réactiver les ligues régionales, qui étaient en quasi-sommeil depuis des années, afin que les compétitions de jeunes, filles et garçons, puissent reprendre rapidement. Cela fait trop longtemps que nos jeunes joueuses et joueurs n’ont plus de véritable activité, ce qui est un vrai gâchis. Pour les prochains championnats, qui reprendront en septembre, nous allons probablement adopter un changement de format des compétitions, avec notamment une Ligue 1 qui va passer de 14 à 16 clubs.

Les footballeurs ivoiriens se plaignent de leurs conditions de travail, notamment de salaires faibles et versés de manière erratique. Que comptez-vous faire pour améliorer cela ?

Je comprends parfaitement leurs préoccupations. L’objectif, une fois terminées les négociations entre la fédération et les clubs, sera de leur assurer un salaire minimum, pour les joueurs de Ligue 1 et 2, et de s’assurer qu’ils seront versés tous les mois. Je vais prochainement rencontrer à Paris des représentants de la chaîne Canal+, qui est un partenaire historique du football ivoirien, dont elle diffuse les matchs. Je vais les remercier de leur soutien et envisager une nouvelle collaboration avec, comme argument, un championnat plus compétitif et plus attractif. Plus nous générerons de revenus, plus cela profitera aux clubs et donc aux joueurs.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here