Les leaders républicains ont rendu le suprémacisme blanc excusable, accuse Liz Cheney

0
82
Liz Cheney avec un air dépassé.
Liz Cheney est une élue républicaine de l’État du Wyoming. PHOTO : ASSOCIATED PRESS / J. SCOTT APPLEWHITE

 

Deux jours après la fusillade à caractère raciste perpétrée à Buffalo, dans l’État de New York, l’ancienne numéro trois des républicains à la Chambre des représentants interpelle les responsables de son parti.

Alors que des élus républicains rejettent depuis deux jours les accusations selon lesquelles la rhétorique de certains des leurs encourage le racisme, Liz Cheney a elle aussi jeté la pierre à ses anciens collègues, lundi, en publiant ses reproches sur Twitter.

« La direction du [Parti républicain] de la Chambre des représentants a rendu le nationalisme blanc, la suprématie blanche et l’antisémitisme excusables. L’histoire nous a appris que ce qui commence par des mots se termine par bien pire. »

— Une citation de  Liz Cheney, représentante du Wyoming

Les dirigeants [républicains] doivent renoncer à ces opinions et les rejeter ainsi que ceux qui les défendent, a ajouté celle qui faisait partie, jusqu’à il y a un an à peine, de la haute hiérarchie républicaine au Congrès.

Une telle critique de la part d’une politicienne qui multiplie les critiques contre le leadership républicain depuis la présidentielle de 2020 n’est pas surprenante en soi. Devenue paria au sein de sa formation pour avoir maintenu que la présidentielle n’avait pas été volée à Donald Trump, Mme Cheney a même été évincée de sa position de présidente de la Conférence républicaine à la Chambre.

Une telle sortie d’une politicienne traditionaliste et conservatrice, fille de l’ancien vice-président Dick Cheney, associant le nationalisme blanc dont se réclamerait l’auteur de la fusillade de samedi à l’attitude de sa propre famille politique, n’est pas pour autant anodine.

Mme Cheney a, à son tour, été prise à partie par la représentante Marjorie Taylor Greene, qui l’a accusée de tweeter les mensonges clivants et dangereux des démocrates pour tenter de recueillir de l’argent auprès des donateurs démocrates afin de conserver son siège. Comme c’est pathétique, a-t-elle dit.

En février dernier, Marjorie Taylor Greene et son collègue Paul Gosar ont participé, en toute impunité, à une conférence organisée par un suprémaciste blanc.

Si le leader de la minorité républicaine à la Chambre, Kevin McCarthy, avait dit juger consternant le comportement de ces deux membres de son caucus, il n’avait cependant pas exercé de représailles à leur encontre.

Le « grand remplacement »

Le département de la Justice a décrit la tuerie qui a fait 10 morts dans un supermarché d’un quartier majoritairement afro-américain, samedi, comme un crime haineux et un acte d’extrémisme violent motivé par le racisme.

Au cours des dernières années, d’autres tueries, comme celles de Charleston (Caroline du Sud, en 2015), de Pittsburgh (Pennsylvanie), en 2018, puis d’El Paso (Texas), en 2019, souvent perpétrées par de jeunes hommes blancs, ont respectivement visé des Noirs, des Juifs et des Latino-Américains.

L’homme identifié par les forces de l’ordre comme l’auteur de la fusillade de Buffalo, Payton Gendron, 18 ans, se décrit lui-même comme un suprémaciste blanc dans un document de 180 pages mis en ligne peu avant la tragédie et que les autorités jugent authentique.

Le jeune homme de 18 ans invoque dans son manifeste la théorie conspirationniste du grand remplacement, une idéologie conspirationniste d’extrême droite selon laquelle les élites, notamment des Juifs, veulent remplacer la population blanche entre autres par la voie de l’immigration.

Autrefois marginale, l’idée a désormais fait son chemin dans les cercles de droite plus conventionnels, dans une version édulcorée d’où sont évacués les thèmes ouvertement antisémites.

Le représentant républicain Adam Kinzinger a joint sa voix à celles de démocrates et de chroniqueurs qui ont notamment montré du doigt celle qui a remplacé Liz Cheney, Elise Stefanik.

Saviez-vous qu’Elise Stefanik fait la promotion de la théorie du remplacement des Blancs? La n° 3 du [Parti républicain] de la Chambre, a-t-il écrit sur Twitter samedi. Liz Cheney, dont il est l’un des rares alliés, a été chassée [de son poste] parce qu’elle demandait la vérité, a-t-il dénoncé.

Kevin McCarthy devrait répondre à des questions à ce sujet, a-t-il écrit, mettant en hyperlien un article qui critique une publicité de l’équipe de campagne de Mme Stefanik, publiée en septembre dernier sur Facebook.

Si la publicité ne cite pas la théorie par son nom, elle fait cependant écho à certains éléments de sa rhétorique.

Les démocrates radicaux préparent leur coup le plus agressif à ce jour : une INSURRECTION ÉLECTORALE PERMANENTE. Leur plan, visant à accorder l’amnistie à 11 MILLIONS d’immigrants illégaux, va renverser notre électorat actuel et créer une majorité libérale permanente à Washington, soulignait la publicité.

Dans un communiqué, la principale intéressée a dénoncé des calomnies honteuses, malhonnêtes et dangereuses lancées par la gauche, ses alliés anti-Trump et les sténographes lèche-bottes. L’élue républicaine, qui représente un district de l’État de New York, s’oppose à une amnistie de masse pour les immigrants illégaux et l’ouverture des frontières de Joe Biden, mais n’a jamais soutenu aucune position raciste ni fait de déclaration raciste, affirme le communiqué.

Un message de plus en plus véhiculé

Tucker Carlson pose pour des photos dans un studio de la chaîne Fox News, devant un écran où on voit le titre de l'émission qui porte son nom.
Avec plus de 3 millions de téléspectateurs, l’émission de Tucker Carlson est celle qui affiche les meilleures cotes d’écoute de toutes les émissions des chaînes câblées dites d’information, selon les chiffres d’avril dernier. PHOTO : ASSOCIATED PRESS / RICHARD DREW

Le type de message diffusé par la représentante Stefanik est de plus en plus propagé par des élus et des candidats républicains, de même que par des médias de droite, comme Fox News.

Une enquête du New York Times publiée plus tôt ce mois-ci a démontré que l’animateur vedette Tucker Carlson a affirmé que les élites et le camp démocrate tentaient d’imposer un changement démographique dans plus de 400 épisodes de son émission, la plus populaire des réseaux de nouvelles sur le câble.

« Je sais que la gauche et tous les petits gardiens de Twitter deviennent littéralement hystériques si vous utilisez le terme « remplacement », si vous suggérez que le Parti démocrate essaie de remplacer l’électorat actuel, les électeurs qui votent actuellement, par de nouveaux individus, des électeurs du tiers monde plus obéissants. »

— Une citation de  Tucker Carlson, animateur de Fox News, en avril 2021

Selon un sondage de l’Associated Press et du Centre de recherche sur l’opinion nationale de l’Université de Chicago publié quelques jours avant la fusillade, près du tiers des Américains croient qu’un groupe de personnes font entrer des immigrants aux États-Unis pour remplacer les Américains dits de souche en vue de réaliser des gains politiques. Chez les républicains, la proportion grimpe à près d’un sur deux.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here