Ukraine: Le « sang juif d’Hitler » évoqué par Sergueï Lavrov fâche Israël

0
136

GUERRE EN UKRAINE – Une outrance de trop. Le ministre des Affaires étrangères israélien Yaïr Lapid a fustigé ce lundi 2 mai les propos de son homologue russe Sergueï Lavrov, qui avait affirmé qu’Hitler “avait du sang juif”, et convoqué dans la foulée l’ambassadeur russe pour obtenir des “clarifications”.

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le 24 février, l’Etat hébreu a tenté de maintenir un équilibre délicat entre Kiev et Moscou, mais les propos dimanche de Sergueï Lavrov sur une chaîne italienne ont suscité l’indignation.

Le président ukrainien Volodymyr “Zelensky fait valoir cet argument: comment le nazisme peut-il être présent (en Ukraine) s’il est lui-même juif”, a déclaré Sergueï Lavrov, dont les propos ont été retranscrits sur le site de son ministère. Avant d’ajouter: “Je peux me tromper, mais Hitler avait aussi du sang juif”.

Des propos “sans fondement, délirants et dangereux”

“Les propos du ministre Lavrov sont à la fois scandaleux, impardonnables et une horrible erreur historique”, a condamné dans un bref communiqué Yaïr Lapid. Il a précisé que l’ambassadeur russe en Israël avait été convoqué pour des “clarifications”. Il ajoute: “Le pire niveau de racisme contre les juifs, c’est d’accuser les juifs eux-mêmes d’antisémitisme.”

Le président de Yad Vachem, le mémorial israélien de la Shoah, Dani Dayan, a également condamné les déclarations de Sergueï Lavrov, estimant qu’il s’agissait de “propos sans fondement, délirants et dangereux qui méritent d’être condamnés”. De nombreux titres de presse ont également fustigé la sortie du chef de la diplomatie russe, à l’image du Times of Israel ou de Haaretz.

Dans un discours prononcé fin mars aux élus du Parlement israélien, le président ukrainien Volodymyr Zelensky, avait appelé Israël à “faire un choix” en soutenant l’Ukraine face à la Russie, et demandé à l’État hébreu de lui fournir des armes. Israël a notamment fourni des équipements de protection à l’Ukraine mais n’a pas récemment fourni d’armes offensives à ce pays, ont indiqué des responsables israéliens.

Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes, Vladimir Poutine et les dirigeants du Kremlin ne cessent de marteler qu’ils mènent une opération pour “dénazifier” l’Ukraine, n’hésitant pas à comparer régulièrement Volodymyr Zelensky à Adolf Hitler. Un argument qui sert à justifier au niveau national un tél déploiement de forces depuis la fin février, mais qui pourrait aussi attirer des inimités à Moscou.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here