Au Maroc, plusieurs personnes arrêtées dans un café de Casablanca pour non-respect du jeûne du ramadan

0
119

Dans ce pays où l’islam est religion d’Etat, la rupture du jeûne en public est passible d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à six mois.

Maroc : Plusieurs arrestations de jeunes «déjeuneurs» dans un café à Casablanca

La police marocaine a interpellé dans un café de Casablanca, mercredi 27 avril, plusieurs personnes soupçonnées de non-respect du jeûne du ramadan, a rapporté la presse locale. « Les clients et les employés du café, situé au centre de Casablanca, ont été arrêtés au milieu d’un important rassemblement public de citoyens », a rapporté le site d’information Hespress sans préciser le nombre de personnes arrêtées. Il n’a pas été possible d’avoir plus d’informations sur cette opération auprès de la police.

La web télévision Chouf TV a diffusé une vidéo montrant des policiers conduire, un à un, de jeunes filles et garçons du café vers un fourgon de police. Dans la foule amassée autour de la scène, « la plupart ont salué l’intervention des policiers, par respect à la foi des Marocains, tandis que d’autres ont dénoncé cette intervention », a rapporté Hespress.

Durant le mois sacré de ramadan, un des cinq piliers de l’islam, les croyants sont invités à s’abstenir de boire, de manger et d’avoir des relations sexuelles de l’aube jusqu’au coucher du soleil. Au Maroc, pays où l’islam est religion d’Etat, l’article 222 du Code pénal stipule qu’une rupture du jeûne en public est passible d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à six mois. Des cas d’arrestations pour non-respect du jeûne ont défrayé la chronique ces dernières années, au grand dam d’une poignée de militants qui défendent le droit de ne pas jeûner.

Le Monde avec AFP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here