Guerre en Ukraine : la Russie met en garde contre un danger «réel» d’une Troisième guerre mondiale

0
165

Serguei Lavrov : le risque de guerre nucléaire «ne peut pas être sous-estimé»

Dans une interview diffusée à la télévision d’Etat lundi soir, le ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Lavrov a insisté sur le fait que son pays s’efforçait de réduire le risque de guerre nucléaire, mais a déclaré qu’il s’agissait d’un danger réel et sérieux. «C’est réel, et cela ne peut pas être sous-estimé», a déclaré Sergueï Lavrov.

Près de 40 pays réunis en Allemagne pour renforcer la défense de l’Ukraine

Une quarantaine de pays se réunissent mardi en Allemagne, à l’invitation des Etats-Unis, pour renforcer la défense de l’Ukraine. Au moment où la Russie vise le contrôle total du sud de l’Ukraine et de la région du Donbass, cette réunion organisée sur la base aérienne américaine de Ramstein, dans l’ouest de l’Allemagne, est destinée à «générer des capacités supplémentaires pour les forces ukrainiennes», a déclaré lundi Lloyd Austin, au retour d’une visite à Kiev. «Ils peuvent gagner s’ils ont les bons équipements, le bon soutien», a-t-il souligné après ce déplacement au cours duquel il a rencontré le président ukrainien Volodymyr Zelensky, en compagnie du secrétaire d’Etat Antony Blinken.

La réunion est aussi destinée à assurer la sécurité de l’Ukraine à plus long terme, une fois la guerre terminée. «Il s’agit surtout de modernisation et de faire en sorte que leur armée soit toujours puissante et capable de fonctionner à l’avenir. Il ne s’agit pas de garanties de sécurité, mais bien de leur dispositif militaire réel», a indiqué vendredi à la presse le porte-parole du Pentagone John Kirby.

Cette réunion ne se déroule pas dans le cadre de l’Otan, même si le secrétaire général de l’Alliance atlantique, Jens Stoltenberg, doit y participer. «L’Otan en tant qu’alliance ne fournit pas d’aide militaire à l’Ukraine, donc ceci n’est pas du tout fait dans le cadre de l’Otan», a souligné John Kirby.

Parmi les 40 pays invités, on trouve les alliés européens des Etats-Unis, mais aussi des pays plus lointains comme l’Australie et le Japon qui craignent qu’une victoire russe en Ukraine créée un précédent et encourage les ambitions territoriales de la Chine. La Finlande et la Suède, pays traditionnellement neutres qui envisagent une adhésion à l’Otan depuis l’invasion de l’Ukraine par les forces russes, figurent également sur la liste des invités.

Londres supprime tous les droits de douane pour l’Ukraine

Le Royaume-Uni a annoncé lundi la suppression de tous les droits de douane pour les produits ukrainiens et l’interdiction d’exporter certaines technologies sensibles vers la Russie, afin d’aider Kiev à faire face à l’invasion russe. «Les droits de douane sur tous les biens importés d’Ukraine seront maintenant réduits à zéro, et tous les quotas seront abolis», a annoncé le gouvernement britannique dans un communiqué.

Cette mesure répond à une demande directe du président ukrainien Volodymyr Zelensky, précise le communiqué. Elle concerne notamment l’orge, le miel, les volailles et les tomates en boîte exportées par l’Ukraine vers le Royaume-Uni. «Le Royaume-Uni continuera à faire tout ce qui est en son pouvoir pour soutenir la lutte de l’Ukraine contre l’invasion brutale et non provoquée de Poutine et contribuer à assurer la sécurité et la prospérité à long terme de l’Ukraine et de son peuple», a déclaré la secrétaire au Commerce international, Anne-Marie Trevelyan, citée dans le communiqué.

Le Royaume-Uni a par ailleurs interdit l’exportation vers la Russie de certains produits et technologies qu’elle «pourrait utiliser pour réprimer le peuple héroïque d’Ukraine», notamment les équipements d’interception et de surveillance de communications. «Cela permettra de combler toutes les lacunes existantes afin de garantir que la Russie n’achète pas ces produits au Royaume-Uni», indique le communiqué britannique.

Des militants de Greenpeace se sont enchaînés pendant plusieurs heures lundi à un pétrolier russe dans le fjord d’Oslo pour l’empêcher de décharger sa cargaison d’hydrocarbures «qui financent la guerre de Poutine», a annoncé l’organisation. AFP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here