Défis De La Survie De L’afrique : Les Mises En Garde Du Président Du Groupe De La Banque Africaine De Développement

0
143
« L’Afrique doit se préparer à l’inéluctabilité d’une crise alimentaire mondiale ». Cette mise en garde est faite par le président du groupe de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, qui s’exprimait sur les priorités du continent en tant qu’invité de l’Africa Center de l’Atlantic Council.
 
Le président de la Bad rappelle l’urgence face à ce qu’il qualifie de convergence exceptionnelle de défis mondiaux pour l’Afrique, ne se produisant qu’une fois par siècle.
 
A en croire M. Adesina, les pays les plus vulnérables du continent ont été les plus durement touchés par les conflits, le changement climatique et la pandémie de Covid-19, qui ont anéanti bien des progrès économiques et sociaux en Afrique.
 
L’ Afrique a perdu jusqu’à 30 millions d’emplois à cause de la pandémie, révèle le président du groupe de la Bad. 
 
Il a assuré que l’Afrique subit les impacts de la guerre en Ukraine. Il a rappelé que la Russie et l’Ukraine fournissent 30 % des exportations mondiales de blé, dont le prix a pratiquement augmenté de 50 % au niveau mondial, atteignant presque le même niveau que lors de la crise alimentaire mondiale de 2008. 
Il a ajouté que les prix des engrais avaient triplé et que ceux de l’énergie avaient augmenté, alimentant ainsi l’inflation.
Le triplement du coût des engrais, l’envolée des prix de l’énergie et l’explosion du prix du panier de la ménagère pourraient s’aggraver en Afrique dans les mois à venir, prévient-il.
 
Il indique que 90 % des 4 milliards de dollars d’exportations de la Russie vers l’Afrique en 2020 étaient constitués de blé ; et que 48 % des quelque 3 milliards de dollars d’exportations de l’Ukraine vers le continent étaient constitués de blé et 31 % de maïs.
 
Ainsi, il assure que pour éviter une crise alimentaire, l’Afrique doit rapidement accroître sa production alimentaire. 
 
« La Banque africaine de développement est déjà à pied d’œuvre pour atténuer les effets de cette crise alimentaire par le biais de la Facilité africaine d’intervention et d’urgence en cas de crise alimentaire, un mécanisme spécifique que la Bad entend mettre en place pour fournir aux pays africains les ressources dont ils ont besoin pour augmenter la production alimentaire locale et se procurer des engrais. Mon principe est simple : l’Afrique ne doit pas mendier. Nous devons résoudre nous-mêmes nos propres défis sans dépendre des autres… », a affirmé M. Adesina.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here