Côte d’Ivoire : Tiémoko Meyliet Koné, le banquier central ouest-africain désormais vice-président

0
178

Le président Alassane Ouattara l’a nommé ce mardi. Tiémoko Meyliet Koné était jusque-là gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest depuis 2011. Son arrivée à la vice-présidence ivoirienne met fin à près de deux ans de vacance de poste.

A 73 ans, Tiémoko Meyliet Koné prêtera serment « dans quelques jours » et officiera en tant que vice-président de la République de Côte d’Ivoire. Le président Alassane Ouattara a annoncé sa nomination ce mardi 19 avril lors de son discours sur l’état de la Nation, devant le Parlement. « C’est un homme de consensus », a déclaré le locataire du Palais Présidentiel d’Abidjan lors de la cérémonie retransmise sur différentes chaines de télévision, arrachant les vibrantes ovations de l’assistance.

Depuis mai 2011, ce natif de Tarifé -au nord du pays- est gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) qui couvre les pays de l’UEMOA à savoir le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. En rejoignant l’Etat ivoirien, ce proche de Ouattara écourte son deuxième mandat de six ans à la tête de la BCEAO après sa reconduction en août 2020.

Technocrate ultra-discret

« C’est un technocrate hors pair. Il a su contribuer au rayonnement de notre pays en Afrique et dans le monde en tant que gouverneur de cette grande institution. Il a exercé ces hautes fonctions régionales avec compétence, rigueur et dévouement. C’est un brillant économiste, un homme travailleur et compétent, qui a aidé à la délicate opération de la réforme du franc CFA », a vanté le président Ouattara, soulignant que le Conseil constitutionnel n’a validé la nomination du nouveau vice-président seulement quelques heures avant la séance au Parlement.

Ultra-discret, Tiémoko Meyliet Koné est de ces dirigeants qui ont la parole rare. Economiste formé notamment à l’Institut du Fonds monétaire international, il a enchainé les hautes fonctions au cours de ces trente dernières années. Après une première ascension à la BCEAO qu’il a intégré en 1975, Koné a été président du conseil d’administration de la Caisse de retraite par répartition avec épargnes de l’UEMOA pendant dix ans, avant de rejoindre l’administration publique ivoirienne en 2007. D’abord ministre aux commandes du cabinet du Premier ministre, le banquier central se verra ensuite confier le portefeuille ministériel de la Construction, de l’Urbanisme et de l’Habitat. Dès son accession au pouvoir, Alassane Ouattara le recrute comme conseiller spécial. Peu de temps après, l’homme qui murmure à l’oreille du chef de l’Etat décrochera le « trône » de la BCEAO.

Dans l’histoire du pays pour des ambitions économiques?

L’arrivée du banquier central ouest-africain à la vice-présidence de Côte d’Ivoire met un terme à près de deux ans de vacance de poste, après le départ en juillet 2020 de Daniel Kablan Duncan avec qui cette fonction a vu le jour. Tiémoko Meyliet Koné entre donc dans l’histoire du pays des Eléphants en tant que deuxième vice-président.

Dans un contexte économique mondial assez particulier où la Côte d’Ivoire -comme la plupart des pays- doit composer avec la flambée des prix et les perturbations des chaines d’approvisionnement, cette nouvelle configuration du leadership étatique ivoirien est-il représentatif des ambitions économiques du pays ? En nommant son nouveau vice-président, le président Ouattara a également reconduit le Premier ministre Patrick Achi dans ses fonctions de chef du gouvernement. Sur les réseaux, ces nouvelles semblent plutôt bien accueillies par les milieux d’affaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here