L’esclavage en terre d’islam

Le regard d'un anthropologue

0
52

L’anthropologue Malek Chebel montre dans L’esclavage en terre d’islam (Fayard, septembre 2007, 496 pages, 24 euros) comment une culture esclavagiste s’est greffée sur l’islam. Il a justement sous-titré son ouvrage Un tabou bien gardé.

Il s’agit non d’un livre d’histoire mais d’un récit de voyage ethnographique émaillé de références littéraires.

Spécialiste du monde musulman, l’anthropologue Malek Chebel s’est penché sur un sujet rarement abordé : l’esclavage en terre d’islam, sans se limiter aux traites négrières.

Il évoque les anciens trafics d’esclaves blancs mais aussi les trafics humains qui perdurent dans maints pays sous des formes plus ou moins édulcorées.

Le livre fondateur de l’islam évoque l’esclavage dans pas moins de 25 versets sans le condamner formellement.

« Le Coran n’étant pas contraignant, l’abolition relève de la seule initiative personnelle du maître. Cette ambiguïté est constitutive de l’approche coranique : encourager ceux qui font le bien, mais ne pas alourdir la peine de ceux qui ne font rien, écrit Malek Chebel. Plusieurs versets entérinent au demeurant l’infériorité de l’esclave par rapport à son maître ».Inhumanité de l’esclavage

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here