PARTAGER
Réunion ministérielle sur la paix et la sécurité dans l`espace UEMOA
Réunion ministérielle sur la paix et la sécurité dans l`espace UEMOA

Nous sommes aujourd’hui confrontés à une menace globale d’une ampleur sans précédent, qui entrave les fondements et les performances de notre Union et qu’aucun de nos pays ne peut surmonter seul.

Mesdames et Messieurs, je voudrais vous inviter à vous lever et à observer une minute de silence en mémoire des victimes des attaques terroristes perpétrées à Grand-Bassam le 13 mars 2016 et de toutes les victimes du terrorisme dans notre Union, en Europe et dans le Monde.

Je vous remercie.
Excellence Monsieur Macky Sall, Président de la République du Sénégal,
Président du Comité de haut niveau sur la mise en œuvre du chantier
paix et sécurité de l’UEMOA, Président en exercice de la Conférence
des Chefs d’Etat de la CEDEAO et cher Frère,
Monsieur le Premier ministre,
Monsieur le Président de la Commission de l’UEMOA,
Messieurs les Ministres d’Etat,
Mesdames et messieurs les Ministres,
Excellence, mesdames, messieurs les Ambassadeurs et Représentants
d’organisations internationales et interafricaines,
Messieurs les Officiers Généraux et Officiers supérieurs,

Mesdames et messieurs les élus,
Honorables invités,
Mesdames, messieurs,
Je voudrais, tout d’abord, saluer la présence, à nos côtés, de mon Frère et Ami, Macky Sall, Président de la République du Sénégal et Président du Comité de haut niveau sur la mise en œuvre du chantier paix et sécurité de l’UEMOA.

Monsieur le Président et cher Frère,
Votre présence à la cérémonie d’ouverture de la réunion ministérielle sur la paix et la sécurité dans l’espace UEMOA ne nous surprend guère. Elle traduit votre engagement constant en faveur de la paix et de la sécurité dans notre espace commun.
C’est aussi l’expression des liens très forts qui unissent nos deux pays et nos deux peuples.
Monsieur le Président,
Messieurs les Ministres de la Défense et de la Sécurité de l’espace
UEMOA,
Chers participants, Cette réunion sur la paix et la sécurité dans l’espace UEMOA intervient
dans un contexte sécuritaire particulier, marqué notamment par la persistance de la menace et des attaques terroristes à l’image de celles qui ont endeuillé récemment de nombreuses familles au Mali, au Burkina ou en Côte d’Ivoire.
La récurrence et la similarité de ces attaques, leur connexion et leur coexistence avec d’autres menaces comme le trafic de drogues, d’armes et d’êtres humains, la piraterie maritime, le blanchiment de capitaux, les catastrophes environnementales et sanitaires, sont de réelles préoccupations pour nos gouvernements et menacent la sécurité des personnes et des biens dans l’espace communautaire, ainsi que la stabilité des Etats membres de l’Union.

Nous sommes aujourd’hui confrontés à une menace globale d’une ampleur sans précédent, qui entrave les fondements et les performances de notre Union et qu’aucun de nos pays ne peut surmonter seul. Il nous faut donc consolider notre Union. Oui, notre Union économique et monétaire est solide et s’impose comme un espace viable de prospérité économique partagée et de solidarité au service du bien-être de nos populations. Nous devons tout mettre en œuvre pour la protéger et garantir la paix et la sécurité en son sein. La
réponse au terrorisme, aux autres menaces transfrontalières et à l’insécurité qu’elles génèrent, doit donc être collective et ferme, portée par des Etats déterminés, des institutions fortes et démocratiques. Notre mobilisation et notre détermination doivent être à la hauteur du défi imposé à nos sociétés, afin de permettre à nos pays de préserver et de consolider les importants progrès économiques et humains accomplis ces dernières années.
Nous devons pour cela adopter des mesures plus ambitieuses en matière de sécurité, dynamiser et moderniser notre politique commune de paix et de sécurité et renforcer la coordination entre nos pays.

Monsieur le Président,
Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,
Les récentes attaques terroristes que nous avons connues ont permis de démontrer que nos pays ne sont pas démunis et impuissants face au terrorisme, même si nos capacités de réaction et de prévention doivent être renforcées. La réaction que nous avons opposée aux terroristes tient au fait que la prise de conscience des dangers auxquels nos Etats sont confrontés ne date pas d’aujourd’hui.

En effet, les efforts investis et la volonté politique manifestée par chacun de nos pays ont permis de réaliser des avancées significatives
pour préserver la sécurité et la stabilité dans notre espace communautaire.
En témoignent l’adoption de mesures vigoureuses et adaptées au plan national ainsi que la mise en œuvre de celles arrêtées par la réunion quadripartite des Ministres en charge de la sécurité qui s’est tenue à Abidjan les 23 et 24 mars 2016.
Il s’agit là d’acquis importants qu’il convient de consolider afin de préserver la paix, la sécurité et la stabilité au bénéfice de tous nos peuples.
La réunion d’Abidjan doit constituer un jalon supplémentaire dans la voie du renforcement de la concertation permanente pour dégager les axes d’une action collective résolue visant à répondre de manière efficace aux défis sécuritaires auxquels sont confrontés les pays de
notre espace communautaire.

Nous devons toutefois aller plus loin, notamment en mettant en œuvre au niveau de notre Union, les mesures antiterroristes et la politique de défense et de sécurité commune que nous avons adoptées au sein de la CEDEAO. Nous devons également nouer de nouveaux partenariats et explorer de nouvelles solidarités, afin de nous permettre de supporter le coût de la lutte contre le terrorisme et les menaces globales.

Monsieur le Président,
Messieurs les Ministres de la Défense et de la sécurité,
Les modes opératoires des groupes terroristes ont mis en évidence un certain nombre de points qui nous interpellent et sur lesquels je vous invite à vous concentrer. Il s’agit, notamment, de l’inexistence et même de l’inefficacité des contrôles d’accès, des difficultés d’identification, de la faible aptitude opérationnelle de nos forces, de l’absence d’une
architecture de flux permanent d’échange de renseignements entres nos services spécialisés.
Il n’y a pas de réponse viable, efficace et durable qui ne mette la coopération au cœur des efforts. Notre action commune doit être guidée par une démarche que je résumerai en 3C : la Complémentarité de nos dispositifs, la Coordination de nos opérations et la Cohérence de nos modes opératoires.

C’est à cette condition que nous pourrons apporter, dans le très court terme, une réponse efficace et rassurante par la mutualisation rapide et visible des capacités des différents Etats membres. Nous rendrons irréversible, à moyen et long terme, la construction d’un Espace
Commun de Sécurité Collective.

A cet égard, votre devez identifier, sur la base d’une évaluation commune et objective, les cadres les plus pertinents et les outils les plus adéquats pour relever, au niveau de chaque Etat et à l’échelle de l’Union, les défis d’une meilleure connaissance de la menace, d’une plus grande capacité de prévention, d’anticipation et d’intervention.

Au vu des faiblesses constatées, un certain nombre d’actions me semble prioritaires :
Renforcer la capacité de contrôle et d’identification. Envisager la multiplication de patrouilles conjointes dans les zones transfrontalières et y engager des actions régulières de police pour
éviter leur sanctuarisation par les différents groupes.

Installer un contrôle plus rigoureux des flux inter-Etats de passagers par voie terrestre entre nos pays, sans remettre en cause la libre circulation des personnes et des biens.

Envisager un financement communautaire d’appareils et d’outils pour l’établissement de documents de voyages sécurisés par tous les Etats.

Initier la création d’un Centre Régional de Coordination AntiTerroriste. Harmoniser les procédures judiciaires dans la lutte anti-terroriste en nous appuyant sur la création, sur des normes communes, dans tous nos pays de pôles judiciaires spécialisés sur tout le spectre de
la lutte anti-terroriste (enquête, instruction, poursuite, jugement, détention).

Envisager, à court terme, l’élaboration d’un mandat d’arrêt communautaire pour les auteurs d’actes terroristes. Accélérer la transposition des différents instruments internationaux
dans nos législations nationales.

Monsieur le Président,
Mesdames, messieurs,

La réunion d’aujourd’hui réalisera, j’en suis convaincu, une avancée majeure dans notre volonté partagée de construire un cadre de coopération exemplaire fondé sur une gestion politique concertée des défis sécuritaires dans notre espace communautaire.
Dans cette perspective, je vous engage à formuler des objectifs précis à atteindre et des actions concrètes à initier en vue de la promotion et la consolidation de la paix et de la sécurité dans l’espace UEMOA.

Les résultats de vos travaux, qui seront soumis à la session extraordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA qui se tiendra à Dakar le 05 juin 2016, doivent répondre aux attentes de nos populations et pays respectifs.

C’est sur cette note d’optimisme que je déclare ouverte la réunion ministérielle sur la paix et la sécurité dans l’espace UEMOA à laquelle je souhaite plein succès.

Vive l’UEMOA !
Je vous remercie.

REAGISSEZ A CET ARTICLE

Laisser un commentaire