PARTAGER

Tonnerre d’applaudissements, sourires fondants, visages radieux…C’est dans une atmosphère de gaieté que la Réunion du Groupe Consultatif pour le financement du Plan National de Développement (PND) 2016-2020 s’est achevée, hier, en fin d’après-midi dans la salle A du Bureau de la Banque mondiale, situé en plein cœur de Paris, dans le 16ème Arrondissement sur l’avenue d’Iéna.

Après deux jours d’intenses travaux, les autorités ivoiriennes, présentes dans la capitale française, avec à leur tête le Premier ministre Daniel Kablan Duncan, se réjouissaient des résultats probants obtenus par le Groupe Consultatif pour le financement du PND 2016-2020. « Le succès auquel nous venons d’aboutir avec le dépassement de nos objectifs de mobilisation financière est aussi celui de tous les partenaires au développement. Le gouvernement ivoirien apprécie à sa juste valeur chacune de vos importantes contributions financières encourues et à venir », a indiqué M. Kablan Duncan, en prenant le soin de remercier, au nom du chef d’Etat, Alassane Ouattara, le Groupe Banque mondiale pour l’important appui de 5 milliards de dollars (soit 3000 milliards de FCFA), apporté au PND 2016-2020. Ensuite, il s’est félicité « particulièrement » que l’ambition de la Côte d’Ivoire d’atteindre le statut de pays émergent à l’horizon 2020 soit comprise et partagée par tous. « Chers amis de la Côte d’Ivoire, partenaires au développement, investisseurs et opérateurs économiques de tous horizons, nous attendons de vous, la concrétisation des annonces, déclarations enregistrées ainsi que les intentions manifestées au cours de ces assises », a ajouté le Premier ministre Kablan Duncan, soulignant que « la première journée du Groupe Consultatif consacré aux institutionnels a donné des résultats positifs allant au-delà de nos attentes». Et le chef du gouvernement ivoirien de rappeler : « Notre objectif de mobilisation pour le financement de nos projets publics et les reformes était fixé à 4425 milliards de FCFA, soit environ 8,8 milliards de dollars US. Les annonces recueillies auprès de nos partenaires se chiffrent au total à 15,4 milliards de dollars US, soit 7700 milliards de FCFA pour la période 2016-2020 ». S’agissant du financement privé, le Premier ministre Kablan Duncan a dit avoir noté de « très forts mouvements » manifestés par les investisseurs nationaux et internationaux. « Cela traduit votre confiance dans les potentialités de la Côte d’Ivoire, mais également votre détermination à l’accompagner dans le cadre d’un partenariat mutuellement gagnant », a-t-il lancé à leur endroit, non sans affirmer que « notre pays est vers la réalisation de son second miracle économique». Dans la foulée, il a invité les investisseurs qui n’ont pas encore visité la Côte d’Ivoire à le faire, convaincu qu’il est que « leur appétit d’hommes et de femmes d’affaires en sera davantage aiguisé». Le Premier ministre Kablan Duncan a, par ailleurs, réitéré la volonté du gouvernement ivoirien à parachever le processus engagé, visant à renforcer l’inclusion et la cohésion sociale, la paix et la sécurité, à améliorer la gouvernance, et à poursuivre les réformes structurelles et sectorielles dans les secteurs clés de l’économie ivoirienne. Aussi a-t-il donné l’assurance que toutes les contributions et suggestions pertinentes enregistrées au cours de ces deux journées, seront traitées avec « soin et célé- rité». «Le gouvernement veillera à ce que chaque engagement pris se matérialise et concourt à la mise en œuvre effective du PND 2016-2020, pour le bien-être de nos populations », a promis le Premier ministre Daniel Kablan Duncan. Duncan : «Notre pays est vers un second miracle économique» Cette deuxième journée de la Réunion du Groupe Consultatif a donné lieu à un forum des investisseurs privés. En pré- sence du Premier ministre, Daniel Kablan Duncan, de M. Dimitris Tsitsiragos, viceprésident Solutions aux clients de la Société financière internationale (SFI), de Mme Keiko Honda, vice-président exécutif de l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA) et de hauts repré- sentants du secteur privé national et international dont Jean-Kacou Diagou, président du patronat ivoirien, les travaux ont débuté, après une brève cérémonie d’ouverture, par des présentations sur l’attractivité de la Côte d’Ivoire et la dynamique des IDE, le Doing Business et les réformes sur la fiscalité, le cadre institutionnel et l’Expé- rience des Partenariats publics-privés dans le financement du développement, le financement des Grandes Entreprises et des PME, les partages d’expérience et une intervention de la MIGA. Puis, il y a eu quatre panels thématiques sur les opportunités d’investissements dans l’industrie, les mines et l’agriculture ; l’énergie électrique et les hydrocarbures ; les infrastructures et les services de transport; les TIC et le Tourisme; et une table ronde des investisseurs de haut niveau sous la présidence du Premier ministre Duncan. Plus de 200 investisseurs en provenance d’Afrique, d’Europe, d’Asie, du Moyen Orient et d’Amérique ont participé aux différents échanges et réflexions. Ils ont exprimé des intérêts particuliers dans les secteurs porteurs tels que l’agriculture, les mines, le pétrole et l’énergie, l’industrie, les télécommunications, le commerce et la distribution, la communication, l’hôtellerie et le tourisme, la santé, l’éducation et la formation, les bâtiments, les travaux publics et les secteurs bancaires et financiers. Et les opportunités d’investissements privés présentées s’élèvent à 19 milliards de dollars, soit 9 500 milliards de FCFA (sur les 18 700 milliards de FCFA soit 37,4 milliards de dollars US, à mobiliser), en attendant la finalisation des échanges qui vont se poursuivre dans les prochains mois. Les intervenants ont salué cette initiative du gouvernement ivoirien, tout en le félicitant pour « les perspectives de développement économique et social qui s’ouvrent à la Côte d’Ivoire». Ils ont également réaffirmé leur engagement à soutenir la mise en œuvre et le financement du PND 2016- 2020 grâce à la promotion du secteur privé et le renforcement des relations secteur public-secteur privé à travers les Partenariats Publics Privés (PPP).Toutefois, ces investisseurs privés ont souhaité que « des réponses appropriées » soient apportées à des défis majeurs, notamment la consolidation de la paix et de la réconciliation nationale, la bonne gouvernance, le renforcement des capacités de l’administration publique, le climat des affaires, l’Etat de droit et le choix judicieux de projets structurants y compris dans les secteurs clés pour la réduction de la pauvreté. On le voit, la réunion du Groupe Consultatif pour le financement du PND 2016-2020 a été un succès.

Y. SANGARÉ, ENVOYÉ SPÉCIAL À PARIS

Lepatriote

REAGISSEZ A CET ARTICLE

Laisser un commentaire