PARTAGER
Constitution: Les chefs traditionnels insistent sur la simplification des conditions d'éligibilité

S’agissant des nouvelles institutions, nous avons pensé qu’il serait judicieux  de créer un poste de vice-président, un sénat

Constitution: Les chefs traditionnels insistent sur la simplification des conditions d’éligibilité

Poursuivant  sa série de rencontre en « d’approfondir »  la réflexion sur la révision de la constitution, le président de la république a reçu ce mercredi, les religieux, les rois et chefs traditionnels au palais présidentiel. A la sortie de cette audience, certains d’entre eux ont indiqué poursuivre les réflexions tandis d’autres  ont indiqué avoir faire des propositions.

Nanan  Amon Tanoe Désiré, président du directoire de la chambre  des rois et chefs traditionnels, a indiqué que  s’agissant des conditions d’éligibilité, «  nous avons dit que le mandat de 5 ans était une bonne période d’exercice du mandat et qu’on peut retenir deux mandats. Mais, compte tenu de ce que nous souhaitons, c’est-à-dire de faire passer l’âge d’éligibilité de  40 à 35 ans, il faudrait pouvoir coupler cela avec la possibilité de que le président puisse après deux mandats,  briguer un troisième »

Selon, lui, des lors que la constitution ne prévoit pas de façon formelle les procédures d’élaboration d’une constitution, il ne reste plus que la volonté politique qui va finir par aboutir à l’expression de la volonté du peuple.  « Dans ces conditions-là, le président de la république peut, de façon tout à fait valable prendre l’initiative de l’élaboration d’une nouvelle constitution »  a-t-il dit.

S’agissant des conditions d’éligibilité, il a indiqué que les rois et chefs traditionnels souhaite que cela soit « simplifier pour l’intérêt de la paix et mettre en avant la nationalité. Donc permettre à tous ivoiriens de naissance de pouvoir briguer la magistrature suprême. S’agissant des nouvelles institutions, nous avons pensé qu’il serait judicieux  de créer un poste de vice-président, un sénat quel que soit la valeur qu’on pourrait leur attribuer, les femmes et la jeunesse soient pris en compte.»

Il a terminé en indiquant   que leur souhait final, est que  la chambre des rois et chefs traditionnels soient une « institution prises en compte par la constitution. »

Au nom de la communauté musulmane, l’imam Ousamen Diakité, secrétaire exécutif du Cosim,   a révélé que sa communauté  a été satisfaite de cette rencontre. «  Nous avons félicité le Président de la République. Nous l’encouragerons à persévérer dans cette voie afin de doter la Cote d’Ivoire d’une constitution consensuelle. Etant donné que nous n’avons pas eu le temps de faire nos propositions, nous lui avons demandé de nous donner  quelques jours pour que nous puissions lui faire parvenir nos propositions. »

Même son de cloche chez les chrétiens par la voie de  Monseigneur Alexis Touably, président de la Conférence Episcopale de CI a indiqué que pour sa part, « Comme cela se fait dans nos coutumes, nous avons écouté, nous allons nous retirer, réfléchir ensemble et après faire parvenir les fruits de nos réflexions.»

REAGISSEZ A CET ARTICLE

Laisser un commentaire