PARTAGER
En décembre 2013, le corps d’un élu de Vendée avait été retrouvé, poignardé, dans le coffre de sa voiture incendiée. Un Ivoirien de 22 ans a été condamné ce vendredi par la cour d’assises de Loire-Atlantique à 25 ans de réclusion criminelle pour cet assassinat.

La cour, après deux heures de délibérations, a également prononcé une interdiction définitive de territoire français à l’encontre de Souleymane Karamoko.

Le corps de la victime, un quinquagénaire père de famille, avait été découvert le 21 décembre 2013 à Nantes, nu et calciné, enveloppé dans un drap, dans le coffre de sa voiture incendiée.

L’accusé, qui avait été interpellé par la police judiciaire de Nantes le 2 janvier 2014 avec sa compagne, a reconnu avoir tué son amant, rencontré sur internet, de plusieurs coups de couteau, mais a nié avoir prémédité le meurtre.

A la barre, il a assuré avoir été « guidé par des voix ».

Lors de ses réquisitions, l’avocate générale a balayé cette énième version de l’accusé, insistant sur le mobile « crapuleux » du meurtre. « Il a tué pour une voiture. Il n’y avait pas de colère, pas de vengeance », a lancé l’avocate générale.

L’accusé avait cherché avant les faits à vendre la voiture de son amant, en publiant une annonce sur le site Le Bon coin.

© Le Télégramme

REAGISSEZ A CET ARTICLE

Laisser un commentaire