PARTAGER

Mali: attaque en cours contre un complexe hôtelier fréquenté par des Occidentaux

Des coups de feu ont été entendus venant d’un village de vacances situé dans la périphérie de la capitale, Bamako. L’attaque aurait fait deux morts, dont un Français, selon un bilan encore provisoire.

Une attaque était en cours dimanche soir au Campement Kangaba, un village de vacances fréquenté par des Occidentaux situé dans la banlieue-est de Bamako, non loin de l’aéroport. Des voisins ont dit à l’AFP avoir entendu des coups de feu en provenance du lieu. Une fumée s’élevait peu après au-dessus du site, vers lequel ont convergé des soldats de l’armée malienne et de la force française antidjihadiste Barkhane.

Le Campement Kangaba est un ensemble hôtelier composé notamment de lodges d’un certain standing, avec de multiples piscines, de la verdure et qui propose diverses activités sportives et culturelles pour les touristes. Les maliens aisés et les expatriés occidentaux viennent s’y détendre le temps d’un week-end.

Deux morts, dont un Français

La Forsat (Force spéciale antiterroriste), créée en 2016, «est dépêchée sur les lieux», a rapporté la télévision publique ORTM sur un bandeau déroulant marqué «urgent», faisant état d’échanges de tirs avec les assaillants et ajoutant qu’il «pourrait s’agir d’une attaque terroriste». Un bâtiment était en feu dans l’établissement où sont entrés des éléments de la force Barkhane, selon un journaliste de l’AFP. «Il y a une attaque de présumés jihadistes au campement de Kangaba. Les forces spéciales maliennes, appuyées par les forces de Barkhane et la Minusma (force de l’ONU, NDLR), ont bouclé le secteur et sont en train de mener des opérations» contre les assaillants, a indiqué un responsable du ministère malien de la Sécurité sous le couvert de l’anonymat. «La situation est sous contrôle», a déclaré par téléphone le porte-parole du ministère de la Sécurité, Baba Cissé.

Peu après 21 heures (heure française) le bilan était de deux morts, dont un Français, selon le porte-parole du ministère de la sécurité. Selon un journaliste de l’AFP, trois Maliens et quatre Occidentaux ont été libérés par les forces de sécurité malienne. Les assaillants ont crié «Allah akbar» (Dieu est le plus grand)!», ont témoigné plusieurs des personnes secourues.

DEVELOPING: Resort outside of Bamako, Mali frequented by tourists is under attack. pic.twitter.com/RqPJ6C7c37

Black smoke rises from tourist resort in Bamako, Mali as ‘major attack’ unfolds. pic.twitter.com/OWv75mAc41

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

La dernière attaque jihadiste visant des Occidentaux dans la capitale malienne remonte à mars 2016, contre l’hôtel Nord-Sud de Bamako, abritant la mission de l’Union européenne qui entraîne l’armée malienne (EUTMMali). Un assaillant avait été tué. Le 20 novembre 2015, vingt personnes avaient été tuées dans un attentat perpétré contre l’hôtel Radisson Blu, l’un des établissements les plus huppés de la capitale malienne. L’attaque avait été revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), en coordination avec le groupe jihadiste de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar, Al-Mourabitoune, qui avait scellé à cette occasion son ralliement à Aqmi. L’état d’urgence est en vigueur au Mali quasiment sans interruption depuis. En outre, en mars 2015, une l’attaque contre le restaurant-bar La Terrasse avait fait cinq morts, dont deux Occidentaux.

Le nord du Mali est tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda. Les jihadistes ont été en grande partie chassés de cette région par une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France, et qui se poursuit actuellement. Mais des zones entières échappent au contrôle des forces maliennes et étrangères, régulièrement visées par des attaques meurtrières, malgré la signature en mai-juin 2015 d’un accord de paix, censé isoler définitivement les jihadistes, dont l’application accumule les retards. Depuis 2015, ces attaques se sont étendues dans le centre et dans le sud du pays, et le phénomène gagne les pays voisins, en particulier le Burkina Faso et le Niger.

REAGISSEZ A CET ARTICLE

Laisser un commentaire